Comment réparer les cheveux abîmés par les colorations et décolorations ?

13,Avr,2023 | Coloration végétale | 13 commentaires

Article mis à jour le 12 novembre 2023

En 2018, j’ai eu radicalement envie de changer de tête. Après dix ans de henné, je ne supportais plus cette nuance auburn-marron foncée. J’ai voulu retrouver ma couleur de cheveux naturelle, un blond cendré doré.

J’ai alors opté pour un carré long et surtout, je suis passée de la coloration végétale à la coloration chimique.

Cela n’a pas été facile. Ce n’était pas la première fois que je colorais chimiquement mes cheveux, mais il s’agissait de ma première décoloration.

Or, j’ai récidivé plusieurs fois, dans l’espoir d’obtenir exactement la nuance voulue, avec des gammes et des techniques différentes.

Quelle est la différence entre les colorations de grande surface et les colorations professionnelles ? Laquelle choisir en fonction de vos envies ? Comment réparer les cheveux abîmés par des colorations ?

Dans cet article, je partage les connaissances et les astuces, que j’ai tirées de ces différentes expériences.

Quelle coloration abîme le moins les cheveux ?

J’ai commencé jouer avec les colorations chimiques vers l’âge de seize ans, lorsque les L’oréal Color Pulse sont sortis sur le marché. Très légères, elles apportaient des simples reflets fantaisies. Puis, j’ai enchaîné avec des colorations plus intenses, dites « ton sur tons ».

Lorsque j’ai débuté ce blog en 2008, je me suis tournée vers les soins naturels. En dix ans de henné, ma chevelure a beaucoup foncé.

Lorsque j’ai voulu redevenir blond cendré, je me suis tournée vers la solution qui m’apparaissait la plus simple d’utilisation : les boites de colorations vendues en grande surfaces.

Ma (mauvaise) expérience avec les colorations de grande surface

Après avoir coupé mes longs cheveux, pour changer de tête, j’ai réalisé deux colorations Olia de Garnier.

La boîte portait l’inscription « groupe III ». J’ai pensé que cela signifiait seulement qu’elle était permanente. J’ignorais ce que cela impliquait.

En me basant sur le nuancier de la gamme, j’ai tout d’abord opté pour un blond foncé (7.0), en février.

Le résultat ne me semblait pas assez clair. j’ai alors racheté une coloration de la même marque, le mois suivant, un ton plus clair : blond doré cendré (8.13).

Si mes cheveux ont bien résisté lors de la première fois, après la deuxième application, ils sont devenus secs, ternes, et cassés.

Je me suis retrouvée avec les cheveux abimés par des colorations.

cheveux abimés par des colorations olia de garnier

Les pigments cendrés n’ont pas neutralisés le roux du henné, comme je l’espérais. En plus, les cheveux ont été décolorés de plusieurs tons : ils ont alors pris une nuance orangée.

La démarcation avec mes racines naturelles cendrées, qui repoussaient, était affreuse.

Les colorations professionnelles abîment moins les cheveux

Fin 2019, l’idée de devenir blonde ne quittait cependant pas mon esprit. J’ai donc (encore) récidivé…

Cette fois-ci, j’ai opté pour une gamme de colorations d’oxydation, à usage professionnel, les produits Majirel Cool cover de Loréal. J’espérais neutraliser ces reflets cuivrés si résistants, avec différentes hauteur de ton cendrés.

Je me suis beaucoup renseignée, et une fois les connaissances de base acquises, j’ai réalisé mes propres mélanges sans difficulté.

Et j’ai enchaîné les expériences.

J’ai utilisé plusieurs colorations successives, avec des oxydants volumes 20 et 30 pour éclaircir mes cheveux. Et puis, je les ai à nouveau foncés. Majirel Cool Cover réussissait à masquer parfaitement les reflets oranges.

quelle coloration professionnelle choisir majirel

Ces crèmes colorantes contiennent de l’ammoniaque et d’autres agents chimiques très agressifs pour la fibre capillaire.

Et pourtant, il a été possible de changer fréquemment de couleur, sans (trop) abîmer mes cheveux.

Ils ont conservé une apparence saine, brillantes et douce, sans plus de fourches. Ils étaient toujours aussi épais et denses. Mais, j’ai remarqué qu’ils se cassaient plus facilement, et je les portais courts.

C’est sur cette base (colorée/décolorée) que je suis repartie dans ma pousse de cheveux, aujourd’hui au milieu du dos. Je n’ai pas eu besoin de les couper. Ils se portent très bien.

Comme vous pouvez le constater, le résultat est bien plus probant avec les colorations professionnelles (faites à la maison) que les colorations de grande surface : la couleur est plus intense, plus jolie, les reflets roux sont neutralisés, les cheveux restent brillants…

Il était donc possible de ne pas avoir les cheveux abimés par des colorations !

Pourquoi une telle différence entre ces deux produits ?

Il existe des différences majeures entre les produits que votre coiffeur utilise, et les colorations vendues en grande surface. Bien entendu, la technique entre en compte. Mais elle n’explique pas tout !

Vous pouvez réaliser vous-même une coloration professionnelle à la maison, puisqu’elles sont vendues dans des boutiques de coiffeur et des magasins spécialisés. Le résultat est incomparable avec celles des supermarchés. Pourquoi ?

Comment fonctionne la coloration chimique ?

Toute coloration chimique fonctionne sur le principe suivant : on mélange une crème colorante avec un oxydant.

L’oxydant est composé d’un certain pourcentage d’eau oxygéné, exprimé en volumes. Sa fonction est double. Il ouvre les écailles et il active les pigments artificiels afin que ceux-ci pénètrent dans la cuticule capillaire.

Mais en fonction du type de coloration que vous choisissez, l’action de ces produits provoque une réaction chimique différente.

Les colorations permanentes ou d’oxydation

Les colorations permanentes, sont aussi appelées colorations d’oxydation en raison de la réaction chimique qu’elles provoquent dans la fibre capillaire.

L’oxydant contient une plus forte concentration d’eau oxygénée : au minimum 6 %, soit 20 volumes.

cheveux abimés par des colorations

L’ammoniaque contenue dans la crème colorante ouvre la cuticule et favorise la pénétration des pigments artificiels dans le cortex.

Une réaction chimique se produit : l’oxygène libéré par le ménage entre la crème colorante et l’oxydant élimine les pigments mélaniques naturels. Plus la concentration d’eau oxygénée est élevée, plus vos cheveux sont ainsi décolorés.

Les pigments artificiels se déposent dans le cortex. Leurs molécules se lient ensemble, se fixent entre elles et prennent plus de place. Le chevelu est recoloré, avec la nuance de votre choix.

Toute coloration d’oxydation (ou permanente, groupe III) implique donc une décoloration partielle vos cheveux.

Comment se fixent les colorations éphémères ou ton sur ton ?

comment fonctionne la coloration semi-permanente
Source : Labmuffin

Dans le cas d’une coloration éphémère, semi-permanente ou dite « ton sur ton », le volume d’eau oxygénée contenu dans l’oxydant reste relativement faible : il ne dépasse pas les 3 % (ou 10 volumes).

De plus, la crème colorante ne contient pas d’ammoniaque.

C’est pourquoi, la réaction chimique entre l’oxydant et la crème colorante appliqués sur vos cheveux ne va pas jusqu’à ouvrir complètement la cuticule.

Elle active surtout les pigments artificiels. La grande majorité d’entre eux se fixe par-dessus les écailles. Une très petite quantité d’entre eux pénètre dans le cortex. Mais ils ne détruisent pas vos pigments mélaniques naturels

C’est pour cela que la coloration ton sur ton s’élimine grâce à 6 ou 8 shampoings, et que vous retrouvez ensuite votre nuance. Aussi, elle ne peut pas éclaircir vos cheveux, car votre couleur naturelle reste toujours présente, en dessous.

La patine, qui apporte des reflets, fonctionne de la même manière, encore plus superficiellement.

Ces colorations abîment donc beaucoup moins les cheveux, que les colorations d’oxydation qui impliquent une décoloration plus ou moins forte.

Qu’est-ce que la décoloration des cheveux ?

Le principe de décoloration implique la destruction d’une certaine quantité de pigments eumélaniques et phaéomélaniques.

Bien entendu, il faut préserver en même temps les protéines et les acides aminés qui structurent la fibre capillaire, comme les chaines de peptides, la cystine, et les ponts disulfures soit les composants de la kératine.

Comment fonctionne le processus d’oxydation ?

On sait que les pigments mélaniques sont sensibles à l’oxygène de l’air.

C’est ainsi que fonctionnent les oxydants chimiques : sous l’action d’un catalyseur, comme un agent alcalin, l’oxygène libéré… oxyde les pigments mélaniques. Ceux-ci sont progressivement détériorés.

La décoloration date de l’Antiquité, mais l’eau oxygénée a été découverte en 1818… Elle ouvre ainsi la voie à la fabrication d’agents éclaircissants plus élaborés. Voici ceux que l’on trouve actuellement sur le marché de la coiffure.

L’eau oxygénée ou le péroxyde d’hydrogène pour éclaircir et foncer de 3 tons

On les nomme oxydants crèmes ou révélateurs en fonction de leur concentration en eau oxygénée, qui est exprimée en pourcentage. Cette concentration détermine leur volume. Voici un tableau complet pour vous repérer :

Les révélateurs sont généralement utilisés avec une patine pour neutraliser ou ajouter un reflet. Il est également possible de mélanger un révélateur ou oxydant (l’appellation dépend des marques) 10 ou 15 volumes avec une coloration dite « ton sur ton » : elle s’estompe entre 4 et 6 shampoing. Elle couvre environ 10 % des cheveux blancs.

Le révélateur n’est pas assez puissant pour éclaircir véritablement les cheveux. Les pigments mélaniques ne sont pas détruits. Le cheveu est plutôt enrobé par les pigments chimiques, d’où la subtilité des nuances obtenues. Il est ainsi possible de foncer vos cheveux d’un ton.

Les oxydants éclaircissent ou décolorent véritablement les cheveux, jusqu’à 4 tons. On les mélange généralement avec une coloration d’oxydation dite permanente : elle est définitive.

Dans ces trois cas, en même temps qu’ils sont détériorés, les pigments mélaniques sont remplacés par des pigments chimiques, contenus dans la crème colorante que vous mélangez avec l’oxydant.

Le peroxyde d’hydrogène est également utilisé pour blanchir les dents, à une concentration de 0,1 % !

L’ammoniaque pour booster l’éclaircissement

Certaines colorations d’oxydation (permanentes) contiennent aussi de l’ammoniaque. Ce composé alcalin décuple l’action de l’oxydant crème. Il ramollit la kératine, ce qui facilite la pénétration des molécules chimiques vers les pigments mélaniques dans le cortex du cheveu.

Voici le résultat avant/après de décolorations (et colorations d’oxydations) successives avant un oxydant 20 volumes, puis deux applications d’oxydant 30 volumes : le tout a été réalisé en l’espace de 6 mois. Les cheveux ont bien éclairci de trois tons.

Je suis passée d’un châtain clair au niveau des repousses vierges (je n’allais jamais au soleil) à un blond ou blond clair en langage de coiffeur -d’une hauteur de ton 5 à 8.

Sans être spectaculaire, le processus de décoloration est bien visible et les cheveux étaient en bonne santé -à condition d’être coupés aux épaules. Trois ans après, ces repousses ont atteint le milieu du dos, avant de se casser.

J’ai tenté d’éclaircir encore plus ma nuance en réappliquant un oxydant 30 volumes, un mois plus tard : cette fois-ci, j’ai seulement gagné un ton. Les effets ne sont donc pas cumulatifs (sinon, trois applications garantiraient de passer d’une couleur noire à blond platine).

C’est pourquoi il existe des agents éclaircissants beaucoup plus puissants… mais aussi plus agressifs.

Les persels pour une décoration totale (de 6 jusqu’à 9 tons)

Enfin, lorsque l’on souhaite devenir blonde, ou éclaircir radicalement sa couleur naturelle de cheveux, un oxydant encore plus fort doit être utilisé.

Le nom « persel » est un diminutif des composés chimiques suivants :

  • les persulfates de sodium
  • les persulfates d’ammonium
  • les persulfates de potassium

Il s’agit de dérivés de peroxydes. Ils se présentent sous forme de poudre bleue ou violette, pour atténuer les reflets jaunes ou oranges. On la mélange avec un oxydant universel de 10, 20 ou 30 volumes. Deux sessions de pose sont parfois nécessaires pour obtenir la décoloration voulue.

Précaution d’usage : n’utilisez jamais de paillotes en papier alu ! Vous risquez de brûler et de casser vos cheveux.

Enfin, les persels possèdent un fort potentiel allergène et seraient responsable de dermites, d’asthme, d’urticaire, de rhinite, etc. soit de nombreuses maladies inflammatoires, en lien avec les réactions allergiques. En 2019, le site de l’ANSES (Agence Nationale de la sécurité sanitaire) a donc recommandé de limiter leur utilisation dans un communiqué adressé aux professionnels de la coiffure.

Pourquoi les colorations de grande surface abiment-elles les cheveux ?

Vous l’aurez compris, la coloration ou la décoloration fonctionnent de la même manière : il s’agit d’une réaction d’oxydation, entre une agent alcalin et un oxydant.

Mais comment se repérer avec les colorations de grande surface, à la composition obscure ?

Le problème du volume d’oxydant dans une coloration de grande surface

L’élément clef qui détermine le résultat de la couleur, par rapport à votre base, est le volume d’eau oxygénée dans l’oxydant.

On opte donc pour une concentration plus ou moins élevée en fonction du résultat souhaité :

  • Oxydant 10 volumes : ton sur ton ou foncer les cheveux d’un ton (patine)
  • Oxydant 20 volumes : éclaircir ou foncer les cheveux de deux tons (ton sur ton)
  • Oxydant 30 volumes : éclaircir ou foncer les cheveux de trois tons (définitive ou oxydation)
  • Oxydant 40 volume : décolorer les cheveux de 4 tons (définitive ou oxydation)

Dans un magasin de coiffure ou spécialisé en coloration, on choisit la crème colorante adaptée au résultat souhaité et au volume d’oxydant utilisé : patine, semi-permanente ou coloration d’oxydation.

Dans une même catégorie, toutes les combinaisons sont pratiquement possibles, avec les hauteurs de ton et les reflets, pour créer sur mesure la nuance désirée, en fonction de votre base naturelle.

Mais lorsque vous vous rendez dans une grande surface, la classification est bien différente.

Pour faciliter la compréhension du consommateur, les colorations sont ici classées en trois groupes :

  • Groupe 1 : colorations très légères, dites « fugaces », temporaires, qui partent en 3-4 shampoings.
  • Groupe 2 : colorations semi-permanentes, éphémères, nommées « ton sur ton », qui partent de 6 à 8 shampoings
  • Groupe 3 : colorations permanentes et définitives, qui contiennent de l’ammoniaque

Quel est donc le volume d’oxydant dans chaque groupe ?

Cette information n’est jamais indiquée sur la boîte.

C’est dommage, parce que comme nous l’avons vu précédemment, la concentration d’eau oxygénée détermine le résultat

La même formule ne convient pas à tous les cheveux

Prenons pour exemple la couleur 8.13 (blond cendré doré) d’Olia de Garnier.

Pour choisir votre boite de coloration, vous regardez donc la prédiction de résultat imprimée, avec ce type de nuancier :

Olia de Garnier blond cendré doré nuancier

Le nuancier s’adresse aux personnes qui ont les cheveux de 4 hauteurs de ton différentes :

  • blond (hauteur de ton 9, d’après le visuel)
  • blond foncé (hauteur de ton 8 à 7 ?)
  • châtain très clair (hauteur de ton 7 à 6?)
  • châtain clair (hauteur de ton 6 ?)

Le nuancier manque de précision.

Comment une personne aux cheveux blonds clair obtiendra-t-elle le même résultat qu’une personne aux cheveux châtains clairs… avec la même formulation ? C’est impossible.

Combien y a -t-il donc de volumes dans le révélateur de cette coloration Olia ? Cela n’est pas indiqué…

Si une personne a les cheveux blonds clair (hauteur de ton 9) comme sur la boite, et qu’elle souhaite obtenir un blond cendré doré (8.13), elle a donc besoin de foncer ses cheveux d’un ton. Il faut utiliser un oxydant volume 20.

Pour que chacune obtienne la couleur de ses désirs, il aurait fallut personnaliser le mélange et adapter le volume d’oxydant à notre base de départ.

La couleur obtenue est donc approximative… voire aléatoire ! Or, lorsqu’on applique une coloration permanente, c’est un peu risqué, non ?

Pourquoi la coloration professionnelle abîme-t-elle moins les cheveux ?

Nous avons parlé de l’oxydant, mais il ne faut pas oublier le rôle crucial joué par la crème colorante.

Une coloration de moins bonne qualité en grande surface

Après Olia de Garnier, j’ai remarqué que mes longueurs devenaient très ternes au bout de deux mois. Impossible d’avoir une chevelure souple et brillante malgré tous les soins.

Je n’ai pas rencontré ce problème avec la coloration Majirel (oxydant 20 et 30 volumes), même plusieurs mois après, sans rafraichissement. La couleur s’est affadie. Elle s’est effectivement estompée de deux tons. Mais les cheveux gardaient un aspect lisse et doux.

Dans les deux cas, j’avais utilisé exactement les mêmes soins naturels (shampooing, masques, bains d’huile).

La réponse réside dans le fait que la qualité de la crème colorante diffère entre une coloration à usage professionnelle (utilisée par votre coiffeur) et celle vendue en grande surface.

Or, qui dit qualité de coloration, implique également des cheveux moins abîmés. C’est exactement pareil, avec la qualité des soins que vous leur apportez.

Les pigments des colorations professionnels sont plus intenses, plus résistants. Et surtout, leur composition intègre des agents adoucissants (comme Inogène G), qui gainent et protègent la fibre capillaire, d’où la brillance et la douceur.

Voilà pourquoi, si vous souhaitez changer de couleur grâce aux produits chimiques, il vaut mieux se tourner vers des gammes professionnelles pour moins abîmer vos cheveux.

La précision détermine le résultat de votre coloration

Reprenons notre exemple de la coloration Olia de Garnier : le blond clair cendré doré s’écrit 8.13 dans le langage de coiffeur. Or, la couleur représentée sur l’emballage ne correspond pas à un blond clair cendré doré. Elle comporte visiblement des reflets roux, et non cendrés.

Il s’agirait plutôt d’un 8.34 ou d’un 9.34 : un blond très clair doré cuivré (à droite ci-dessous).

Il faut donc bien se fier aux indications de la boîte. Le blond clair cendré de Garnier ne correspond pas au blond clair cendré universel des coiffeurs.

De manière générale, les résultats obtenus avec une coloration de supermarché sont très aléatoires et varient d’une personne à l’autre. En effet, la formulation n’est pas personnalisée, en fonction de vos besoin.

Lorsque vous éclaircissez vos cheveux, vous les décolorez. Avec un même volume d’oxydant, les personnes naturellement blondes obtiennent des reflets très jaunes. Les personnes aux cheveux châtains ou foncés se retrouvent, quant à elle, avec des cheveux orangés.

A partir de là, les pigments de la crème colorante donneront un résultat différent.

Olia éclaircit sans patiner les cheveux foncés.

Quel est le rapport avec le fait que vos cheveux soient abîmés par la coloration ? Tout simplement parce que vous serez tentée de refaire une coloration par-dessus la vôtre, pour corriger le résultat… comme je l’ai fais en 2018.

Or, il ne faut jamais réaliser, de manière successive, plus de deux décolorations à 30 ou 40 volumes, . Mais dans la mesure où nous ignorons généralement le nombre de volume que contient un oxydant dans boite de coloration vendue en grande surface, une catastrophe est vite arrivée…

En résumé :

Pour limiter les dégâts, lorsque vous colorez vos cheveux, utilisez des produits de qualité.

Choisissez-les en fonction de vos besoins, c’est-à-dire du résultat escompté et de votre nuance de base.

En utilisant une coloration adaptée, vous n’appliquerez pas inutilement un oxydant contenant un trop grand volume d’eau oxygénée -ce qui assèche et brûle les cheveux.

Vous n’aurez pas besoin de corriger le résultat, ou de neutraliser des reflets roux indésirables, en réalisant une autre couleur…

Tout traitement chimique abime les cheveux. Mais pour amoindrir les conséquences, il reste important de faire les bons choix.

A présent, voyons comment réparer vos cheveux abîmés par la coloration ou la décoloration.

Quels soins sont adaptés aux cheveux décolorés ou colorés ?

Lorsque vous éclaircissez vos cheveux, que ce soit pour les recolorer ou pour les décolorer, vous remarquez sans doute à quel point ils deviennent secs et plus rêches au toucher.

Mais que se passe-t-il vraiment ? De quelle manière le cheveu est-il abîmé ? Comprendre l’action du produit chimique nous permet d’envisager, ensuite, les soins réparateurs adéquats.

Les cheveux décolorés sont chimiquement brûlés :

Voici une image fascinante d’un cheveu décoloré au microscope avec et sans silicones :

cheveux abimés par des colorations silicones
Source : IFCC Magazine, vol.11, n°2 (2008)

En haut à gauche, se trouve une photographie de chevain vierge et sain. A droite, le cheveu décoloré apparait comme définitivement brûlé. Sa surface paraît comme craquelée.

En réalité, les écailles restent ouvertes. La cuticule, qui forme une barrière protectrice pour le cortex (le cœur de la fibre) n’est plus étanche. Résultat, le cheveu est extrêmement fragilisé. Il se casse comme une brindille. Un rien peut l’abimer.

Sur les photographie du dessous, on peut observer l’action de deux types produits différents : à gauche, un polyquaternium (un sel d’ammonium quaternaire) et à droite un silicone classique.

Le silicone ne répare pas, mais il enrobe la surface.

Les silicones sont-ils bénéfiques pour les cheveux colorés ?

Cette photographie au microscope avec et sans silicone n’a pas été prise par hasard.

En réalité, le silicone a spécialement été formulé comme soin pour les cheveux décolorés.

Pourquoi ? Parce qu’il dépose une couche protectrice par-dessus la cuticule et les écailles des cheveux. Il agit comme une sorte de vernis, si vous préférez.

Il a été conçu pour donner aux cheveux abîmés par la coloration une apparence plus proche de celle des cheveux vierges, selon certains critères : douceur, brillance et aspect lisse (adieu les frisottis).

Contrairement à ce qu’on lit, le silicone n’est pas mauvais pour les cheveux.

Il dissimule seulement l’état véritable de vos cheveux sous une couche de plastique. En ce sens, il les protège, mais il ne les régénère pas.

Dans les cas les plus extrêmes, si vous cheveux sont très abîmés, le silicone peut vous aider à obtenir de beaux cheveux, en apparence. Mais il ne reste pas suffisant pour les réparer en profondeur. ne faut pas le considérer comme un soin hydratant et nourrissant, au risque d’être très déçue par les résultats.

Par exemple, je vous donne mon avis sur Olaplex 3 (non sponsorisé). Si j’ai retiré des bénéfices grâce à ce produit, sur la partie décolorée de mes cheveux, les fourches sont revenues en nombre au bout d’un moment, faute de vrais soins.

Il existe aussi la technologie du masque sans rinçage K18, au sujet de laquelle je vous donne mon avis, dans cet article. Il a spécialement été formulé pour les cheveux décolorés.

Des soins naturels pour les cheveux abimés par des colorations

Pour réparer profondément la fibre capillaire abîmée par de tels traitement, il faut lui administrer des soins riches et authentiques.

Vos cheveux abîmés par la coloration deviennent secs et cassants.

Ils ont donc besoin d’être profondément nourris et hydratés.

Par soins naturels, j’entends des ingrédients ou des matières premières beaucoup plus nourrissantes et hydratantes que des cosmétiques. Par exemple, les bains d’huile, le beurre de karité, la provitamine B5, le gel d’aloé véra… et non un masque acheté dans le commerce etc.

En effet, en appliquant directement des ingrédients naturels vous bénéficiez de 100 % de leurs propriétés…

Dans un masque, ils sont présents au mieux à 10 %, parmi les autres ingrédients, tels que l’eau, les parfums ou les conservateurs.

Les bains d’huiles végétales

Les bains d’huiles végétale constituent le meilleur soin pour les cheveux secs et dévitalisés. Des études ont prouvé qu’elles réduisaient l’apparition des fourches, et qu’elles pénétraient au cœur de la fibre capillaire, pour se mêler aux protéines du cheveux -et les réparer.

L’huile de coco, de noix du Brésil, de moutarde, figurent parmi les plus efficaces.

Il existe un petit bémol, cependant : certaines huiles végétales peuvent éliminer plus rapidement les pigments de votre coloration semi-permanente. En effet, ceux-si se fixent uniquement sur les écailles.

Mais c’est une contrepartie légère, pour avoir de beaux cheveux… colorés.

Les poudres ayurvédiques

Les poudres ayurvédiques sont tout à fait compatibles avec les cheveux colorés chimiquement.

Elles assainissent la fibre capillaire en profondeur. Elles viennent la nourrir et la renforcer.

Vos cheveux deviennent naturellement plus épais, plus brillants et plus doux. Un atout, dans la mesure où les colorations chimiques brûlent la fibre capillaire, ce qui provoque souvent un affinement des longueurs.

Comme toujours, la contrepartie réside dans le fait que votre coloration risque de dégorger plus vite.

Fabriquez vos propres masques maison naturels

Il existe bien d’autres ingrédients naturels bénéfiques pour les cheveux abîmés par les colorations ou les décolorations.

L’idéal est de combiner leurs propriétés en réalisant vos propres masques maisons.

Voici par exemple une recette de masque pour cheveux cheveux secs et fragilisés :

  • 10 g de gel d’aloé véra
  • une culière à soupe de miel
  • 1 culière à soupe de glycérine végétale
  • 20 gouttes de protéines de soie
  • 30 gouttes de Provitamines B5
  • un peau d’eau/d’hydrolat si nécessaire (pour fluidifier le tout)

Mélangez tous les ingrédients, et appliquez-les immédiatement sur cheveux secs ou humides. Laissez poser le masque toute une nuit, si vous en avez la possibilité. Sinon, gardez le au moins une heure, sous une charlotte ou une serviette chaude.

Utilisez un shampoing doux pour laver vos cheveux.

En alternance avec les bains d’huiles, qui nourrissent, les ingrédients hydratants adoucissent et démêlent vos cheveux abîmés.

Peut-on entretenir sa coloration avec des soins naturels ?

Tel est le paradoxe. Les gammes chimiques visent à prolonger la beauté des colorations d’oxydation, et agissent souvent comme un cache-misère pour lisser, adoucir et rendre brillants des cheveux en réalité cassés, ternes et secs.

Par exemple, aucun masque du commerce ne peut rivaliser, en terme de résultats, avec un masque maison ou un bain d’huile à l’oléine de karité. Mais ces derniers empêchent les pigments chimiques de se fixer, surtout les patines ou toutes les couches superficielles. Si vous couvrez vos cheveux blancs, vous vous retrouverez très vite avec des racines visibles, non liées à la repousse.

Il faut rappeler un fait simple, auquel vous ne pourrez malheureusement pas échapper : si vous décolorez ou que vous colorez chimiquement vos cheveux, vous allez nécessairement les abîmer.

Un choix s’impose donc en matière de soins.

Vous n’aurez jamais des cheveux aussi beaux et aussi forts avec les produits chimiques qu’avec les ingrédients naturels. De fait, il deviendra plus difficile de les avoir très longs, sans que les pointes s’affinent. Il est compliqué de concilier les deux programmes… Mais peut-être préférez-vous devenir blonde, ou changer votre couleur naturelle.

Dans ce cas, un compromis est nécessaire :

  • des soins naturels moins nourrissants, et des cheveux plus courts, pour préserver une coloration
  • des cheveux au maximum de leur potentiel santé (et longueur) mais pas forcément de la couleur de votre choix

Il n’y a pas de mauvaise réponse. Mais à mon sens, les soins naturels ne sont pas conçus pour préserver les résultats obtenus avec une coloration chimique, d’où les produits spécifiques proposés dans ces gammes.

Néanmoins, comme vous l’avez vu, on peut jongler entre les deux. On peut prendre le meilleur (ou ce qui nous plaît) et trouver des compromis.

Les bons gestes pour garder de beaux cheveux colorés ou décolorés

En revanche, il est toujours possible de limiter les dégâts :

  • N’utilisez surtout pas d’appareils chauffants si vous colorez vos cheveux !
  • Trouvez une bonne routine de soins, réellement nourrissante et hydratante ;
  • Évitez de décolorer vos cheveux plusieurs fois, ou de recolorer régulièrement les longueurs ;
  • Préférez les colorations à usage professionnel et non celles de la grande distribution

Enfin, sachez que vous pouvez toujours changer d’avis, contrairement à ce qu’on entend souvent : passer de la coloration chimique aux colorations végétales est possible ! Peut-être y trouverez-vous même une alternative satisfaisante pour obtenir la nuance que vous cherchez, tout en gardant de beaux cheveux longs ?

Retrouvez la suite du dossier ici :

Et vous ?

Quelles couleurs avez-vous déjà expérimenté (tous genres confondus) ?
Avez-vous été satisfaites du résultat ?
Trouvez-vous qu’il est facile d’obtenir la nuance que vous voulez ?

13 Commentaires

  1. Anonyme

    J'ai un balayage blond clair sur mes cheveux, qui sont plutôt blond foncé voire châtain clair de nature. Mais cette couleur naturelle ne me va pas du tout, et après avoir essayé châtain foncé, rien à faire, c'est vraiment le blond assez clair (blond doré,ou miel) qui me va le mieux. Mais j'en ai assez de ces mèches qui défoncent le cheveu. C'est d'ailleurs pour ça que je me mets comme vous aux shampoing naturels, faits maison et individualisés. En revanche, j'ai vu sur le site de centifolia qu'on peut obtenir un blond plus ou moins clair avec du henné châtain caramel (car le henné blond donne du blond vénitien, voir roux). Ca me tente bien, mais j'ai peur du résultat, surtout sur mes mèches déjà décolorées.
    Et ce que vous avec votre expérience du henné(même si c'est henné foncé), vous sauriez ce que je peux faire?
    Merci, Chloé

    Réponse
  2. Anonyme

    ou alors un henné blond clair?
    Roh je sais pas!!

    Réponse
  3. Ava

    Depuis combien d temps avez-vous cette décoloration sur vos mèches ? Le risque du henné par la suite, est d'obtenir des reflets verdâtre, ou des cheveux extrêmement secs… Certaines personnes ont néanmoins tenté, et n'ont pas été déçues mais il faut faire au préalable un test sur une petite mèche, afin de vérifier que tout se passera bien, et beaucoup de soins nourrissants et hydratants par la suite. En outre, si vos mèches sont très claires, et que vous laissez poser votre henné blond longtemps (c'est en réalité du henné neutre avec de la camomille et d'autres plantes), votre chevelure risque de ne pas être uniforme, le henné colorant d'avantage les mèches claires, que les autres cheveux… Et si vous ne le laissez pas assez longtemps, vous ne verrez pas spécialement de résultats.
    Il est toujours plus délicat de passer d'une décoloration à un henné que l'inverse, je trouve… Je n'ai pas vraiment tenté l'expérience. Enfin, en 2008, j'avais fait une couleur permanente (achetée en supermarché) pour éclaircir d'un ou deux tons. Donc les cheveux avaient été décolorés puis teints. Je suis passée au henné quatre mois après et le résultat était super : couleur harmonisée, unifiée, cheveux fortifiés… Mais ce n'était pas une vraie décoloration…

    En résumé, je vous conseillerais au préalable un test sur une mèche décolorée et sur une mèche naturelle, avec du henné blond clair (laissez poser environ deux heures la première fois), afin de voir la différence, et l'état des cheveux. Attendez tout de même plusieurs mois après votre décoloration/coloration. N'oubliez pas que malheureusement, passé un certain nombre d'applications, même s'il apporte des reflets dorés (j'avais testé le henné blond de Centifolia), cette plante fonce les cheveux à la longue.
    Sinon, pourquoi ne pas tenter d'éclaircir vos cheveux grâce au miel ? Vous ne risquez rien, et cela les réparera. Par contre, en effet, on verra toujours vos mèches…

    Réponse
  4. Caro Dels

    Jamais coloré, j'aime ma couleur 🙂 (Presque)
    Enfin j'ai fait des mèches blondes une fois, la coiffeuse m'a loupée, j'me suis retrouvée avec des mèches de toutes les nuances de blonds -_-

    Réponse
  5. Anonyme

    la dernière fois que j'ai fais mes mèches, c'était début mars, donc assez récent. Pour ce qui est de l'uniformité, je n'ai pratiquement plus de mèches encore naturelles car ça fait un an que je retourne chez le coiffeur environ tous les 2 ou 3 mois pour les refaire. Il n'y a que les racines qui sont du coup naturelles. C''est peut être ce qui risque de poser problème (ce ne sera pas beau si mes racines ne sont pas de la même couleur que le reste). Je suis prête à attendre encore pour que mes mèches soient plus vieilles, et que mes cheveux soient moins secs et cassés. Et en attendant c'est vrai, pourquoi ne pas essayer le miel. De toute façon avec le soleil qui arrive, il s'éclairciront tout seuls.
    Par contre, j'ai vu récemment une photo de moi de dos, et sur la photo en tout cas, on dirait que mes cheveux sont jaunes, c'est horrible. Donc une chose est sûre, plus de mèches chez le coiffeur avant longtemps, ou en tout cas, pas aussi clair.
    Je vais essayer déjà le miel, et ensuite, d'ici 2 mois, du henné blond sur une mèche.
    Par contre, quel miel je dois prendre?

    Chloé

    Réponse
  6. Anonyme

    Ca y est j'ai reçu tous les composants pour faire le shampooing maison. Aussi, je me demandais, comme j'ai les cheveux très secs et abîmés, et ce que vous pensez que je devrais aussi me faire un après shampoing? Car si j'en ai besoin aussi, je ne veux pas utiliser ceux du coiffeur ou du super marché, histoire que ça ne servent pas à rien ce shampooing maison. Alors pensez vous que je peux me faire un après shampooing avec de la phytokératine, de l'oléine de karité, de la camomille, de la glycérine végétale, de l'huile de ricin, et de l'huile de brocoli? (le but étant de démêler, nourrir, hydrater, lisser et faire briller)
    Merci, Chloé

    Réponse
  7. Anonyme

    Ah et j'allais oublier, je doit mettre un conservateur dans mon après shampooing, mais lequel?

    Réponse
  8. Ava

    Bonjour,

    J'aurais aimé vous répondre plus tôt, mais j'étais en déplacement…
    Je trouve que le miel est une bonne alternative car vos cheveux vont être nourris, adoucis, hydratés, et l'éclaircissement fonctionne surtout sur des cheveux naturels : peut-être aurez-vous ainsi moins de démarcation avec les racines ? J'avais fait deux articles à ce sujet pour expliquer la procédure : http://longscheveux.blogspot.com/search/label/Miel%20et%20cheveux

    Au niveau du choix, le miel de Jarrah contient la plus grande concentration de peroxyde d'hydrogène (qui, avec l'eau déminéralisée va permettre à vos cheveux d'éclaircir), mais il est quasiment introuvable dans le commerce ou sur internet. Du coup, j'ai opté pour le miel de Manuka, presque aussi efficace, un peu onéreux par contre, que vous pouvez commander sur internet. Sinon, le miel d'eucalyptus et les miels de forêts en général sont recommandés. Plus la concentration de peroxyde est élevée, plus le miel a une couleur foncée.

    Concernant l'après-shampoing, c'est une excellente idée. Cependant, mes compétences sont plus limitées dans ce domaine car je n'en ai jamais fabriqué et je sais qu'il faut plusieurs phrases, dont des ingrédients spécifiques, afin qu'il aie ne texture particulière et se rince facilemement. Avec ceux que vous me citez, vous pouvez faire un masque nourrissant, à laisser poser la nuit (1 cuil. à café de phytokératine + diverses huiles végétales + glycérine, mélangez et appliquez sur vos cheveux), et à laver avec un shampoing.

    En après-shampoing, vous pouvez en trouver un excellent sur internet, Lavera lait de Rose, adapté aux cheveux secs et abîmés. Sur les miens, il donnait de bons résultats.

    N'hésitez pas sinon, si vous tenez à fabriquer le votre, à regarder dans les fiches recettes du site Aroma Zone : les étapes de la fabrication sont expliquées.

    Ava

    Réponse
  9. Anonyme

    Oui j'ai regardé sur Aroma Zone, mais je ne trouve pas celui qui me conviendrait, alors j'ai envoyé un mail pour leur expliquer ce que j'aimerais avoir comme AS, et ils m'ont répondu qu'il s'occuperaient de me faire une recette spéciale. J'essayerai donc avec ça. En attendant, je mais régulièrement de l'huile se sésame bio (car je l'avais déjà pour m'en mettre sur la peau, et ça commence à faire cher d'acheter des huiles).
    Je ne suis pas découragée en tout cas et vais persévérer avec les produits maisons.
    Et je me demandais, et ce que je ne pourrais pas faire simplement un masque au henné neutre (qui normalement ne colore pas parait il) pour fortifier et gainer mes cheveux, en attendant que mes mèches soient plus vieilles, et se voient peut-être moins. Et ce que vous pensez que ça pourrait leur apporter quelque chose, sans en changer la couleur? (peur de me retrouver avec des reflets verts…)
    Chloé

    Réponse
  10. Anonyme

    Salut! Je viens de découvrir ton site aujourd'hui!
    Comme toi j'ai découvert le prendre de soins des cheveux chez isa et no. Leurs chevelures sont vraiment splendides!
    Je tâtonne encore et j'aurai besoin de conseils pour les miens. Je suis passé au bio depuis un an et demi, et au henné depuis un an. Mes cheveux comme les tiens ont été très secs du aux lisseurs, et aux lissages à répétitions.
    Je suis en train de les récupérer à ma plus grande joie. Et depuis trois ou quatre mois ils recommencent à pousser! Ils sont actuellement au bas de l'omoplate (55cm). Je suis d'origine brésilienne, mes cheveux ne ressemblent à aucun autre type de cheveu que j'ai pu croiser. Ils sont à la fois légérement ondulés, ou raides à certains endroits, ils sont assez épais et solides.(Merci au henné). Ils ont une vie propre à eux, et je ne suis qu'une pauvre suppliciée de leurs moindres caprices. Ils passent de frisés, à raides sans raison. Enfin bref….

    Au niveau du henné, j'ai fait du auburn depuis un an, mais je les ai reteint à l'indigo, le mois dernier et je suis ravie de la couleur noire avec des reflets violines que je veux absolument garder à tout prix. Je fabrique mes propres soins dans la mesure du possible, par contre vivant en couple j'évite de garder les masques la nuit.
    J'aimerais gagner un peu plus de longueur les avoir aux niveaux des hanches, les avoir plus doux, et moins secs. Et si possible les raidir…(Je sais çà fait beaucoup).
    J'aimerais savoir s'il y a des produits naturels permettant de les alourdir (comme le henné, j'ai remarqué un net changement depuis), du moins les raidir, ou de les gainer dans cette mesure?
    Je rajoute de l'huile régulièrement, au milieu de la semaine afin de les réhydrater au niveau des longueurs. Ils sont souvent attachés dois je les laisser libre pour leur permettre de pousser plus? Ou au contraire éviter le frottement avec les vêtements? parce que la crinière de lionne fait partie de mon quotidien xD

    Je sais çà fait beaucoup de choses… Mais si tu pouvais y répondre çà serait vraiment sympa, pour eux^^.
    J'adore ton blog continue comme çà, c'est génial d efaire partager sa passion comme çà. Peut être vais je m'y mettre également, ton blog me donne envi…
    Bonne aprem!
    Min adresse email est titeluny@hotmail.fr voilà!

    Réponse
  11. Ava

    Bonsoir,

    Je suis ravie que tu aies découvert mon blog, et j'espère qu'il t'apportera quelques astuces et l'envie de persévérer dans les soins naturels. 🙂

    Tes cheveux ont l'air d'être magnifiques : d'une couleur rare, beaucoup de masse, de volume. Je comprends que tu aies envie de les discipliner un peu. J'avais écrit un article pour donner quelques conseils afin de lisser/raidir les cheveux sans utiliser d'appareils chauffants, mais c'est vrai que ces techniques sont légères et donnent des résultats probants si la nature des cheveux, au départ, est assez souple et tend vers le légèrement ondulé/raide. Peut-être pourras-tu y trouver quelques éléments ?

    http://longscheveux.blogspot.com/2011/03/limiter-les-appareils-chauffants-et.html

    Je te recommande particulièrement le silicone végétal, que j'utilise dans tous mes shampoings depuis deux ans. J'ai aussi une nature volumineuse, à tendance sèche, raide lorsque j'étais enfant, puis ils ont commencés à onduler à l'adolescence (comme mon père), avant de se raidir à nouveau, depuis que je fais des soins naturels et surtout du henné… Donc avec le temps, les résultats sont visibles. J'ai retrouvé et conservé ma masse d'origine sans être incommodée par le volume.

    Pour la nécessité des attacher quant à la croissance… Bonne question, et il me semble qu'il existe plusieurs écoles. Certains te diront qu'il vaut mieux les attacher en journée afin de protéger les pointes et limiter l'usure, réduire les fourches, donc obtenir des résultats visibles rapidement… Néanmoins, je ne trouve pas que le frottement contre les vêtements soit si dramatique. D'autant plus que les élastiques et autres attaches peuvent aussi contraindre et abîmer la fibre capillaire.
    Personnellement, je les laisse libre la plus part du temps, sauf en cas de vent.
    Ils poussent bien mieux depuis que j'utilise des soins naturels. Ainsi, la santé, plus que la coiffure, me semble essentielle. Et puis, c'est tellement beau, une crinière de lionne, que cela donne envie d'en profiter. 🙂

    Je serais contente de visiter ton blog si tu décides d'en créer un !

    A bientôt j'espère.

    Réponse
  12. Yara

    Bonsoir,
    je suis contente de découvrir votre blog, que je trouve très interéssent. Voilà, j'aimerai bien que vous m'aidiez à trouver une solution à mon gros problème concernant mes cheveux blans toute en se débarassant de la couleur foncé Noir, je suis brune avec des cheveux qui étaient chatin foncé. En ce moment, ils sont noirs trops noir, à force que j'utilise les teinte 2 à 3 fois par mois surtout pour cacher mes cheveux blancs qui apparaissent surtout mes temples.
    Je vous remercie toutes. et je vous souhaite une bonne continuation

    Réponse
  13. Unknown

    moi ma couleur naturel est le chatain tres clair,j'ai par la suite tester le noir,rouge,violet,bleu,et rose.
    J'ai toujours ete satisfaite de mes coloration,mes cheveux ne se sont jamais abimé,peu etre parceque j'ai les cheveux tres epais.
    en tout cas j'ai touver ce blog tres interressant car il y a beaucoup d'idées de coiffure.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *