Coloration végétale : les avantages et les inconvénients

13,Nov,2022 | Coloration végétale | 0 commentaires

Vous envisagez de teindre vos cheveux, mais il vous reste peut-être quelques hésitations ou des interrogations ? Utiliser une couleur chimique ou naturelle ?

Pour prendre la bonne décision, rien de tel que d’examiner les avantages et les inconvénients de la coloration végétale.

En effet, contrairement aux colorations chimiques, elle est plus exigeante en terme de d’investissement personnel (préparation, temps, expériences…) et de constance.

Après un henné, on ne retrouve pas facilement sa couleur naturelle. On ne peut plus devenir blonde, ni éclaircir ses cheveux sans revenir vers les produits chimiques -à vos risques et périls.

Mais si vos cheveux sont secs et abîmés, ils retrouveront toute leur beauté avec les soins fait maison !

Cet article vous propose donc de faire le point sur vos attentes, vos envies, et les possibilités offertes par les plantes tinctoriales.

Quels sont les inconvénients de la coloration végétale ?

Je crois que c’est l’un des plus grands problèmes à propos de la coloration végétale : elle est tellement bénéfique pour les cheveux que l’on omet de citer ses « inconvénients » ou ses limites. J’utilise le mot « inconvénients » de manière approximative.

On devrait plutôt parler d’exigences, liée aux caractéristiques des plantes tinctoriales.

Aussi, j’ai listé les principaux reproches ci-dessous.

La coloration végétale n’éclaircit pas les cheveux.

La coloration végétale ne contient aucun oxydant (eau oxygénée), ni aucun produit susceptible de décolorer vos cheveux. Elle ne détruit pas vos pigments mélaniques naturels.

Au contraire, le henné ajoute des pigments roux à votre couleur de base.

Certes, avec certains reflets, les cheveux paraissent flamboyants au soleil, mais ils ne seront pas plus clairs.

Voici un schéma illustrant comment les couches du lawsonia inermis et d’autres plantes se superposent :

N’espérez donc pas devenir blonde, parce que vous faites « un henné blond » ou une coloration végétale « blond très clair » alors que vous êtes châtain, par exemple.

Au fur et à mesure des applications, vos cheveux fonceront. Si vous partagez d’une base blond foncé, vous pouvez vous retrouver brune au bout de quelques années…

Pour vous aider à visualiser le résultat, j’ai crée un nuancier dans l’article « Comment faire sa propre coloration végétale ?« 

Comment éviter de foncer vos cheveux avec le henné ?

Faites régulièrement dégorger votre henné, pour éviter que vos cheveux ne foncent au fil des applications : utilisez un shampoing clarifiant ou une recette de masque à l’argile blanche.

Retouchez uniquement vos racines (repousses) et n’étalez votre henné sur les longueurs que deux fois par an, par exemple (ou dès qu’il vous semble suffisamment délavé).

Pour conserver la brillance et des reflets cuivrés, coupez votre Lawsonia inermis avec du Cassia (henné neutre).

Le henné donne des reflets roux permanents.

Si un jour, vous étiez lassée de votre coloration végétale, et que vous arrêtiez les applications, les plantes tinctoriales (deuxième étape) qui rendent vos cheveux châtains, noisette, bruns, par exemple, vont s’effacer au fil des shampoings.

En revanche, vous gardez de manière définitive, le henné. Vous allez donc obtenir une nuance avec des reflets roux plus ou moins foncée, en fonction des applications, et de la variété utilisée.

Solution ? Neutraliser les reflets roux du henné

Si vous ne supportez plus les reflets roux du henné, ou que vous souhaitez retrouver votre couleur naturelle, il existe plusieurs options. Je vous détaille toutes les solutions pour neutraliser le orange, dans cet article.

Pour rester dans la gamme des colorations végétales et des soins 100% naturels, il est possible de neutraliser les reflets roux avec de l’indigo.

Optez pour la variété de henné + indigo (à gauche) en fonction du résultat voulu, par rapport à votre base.

Si vous avez les cheveux blonds très clair à blond clair, voici des résultats approximatifs :

Pour les cheveux blonds à noirs, vous retrouverez une teinte châtain clair plutôt froide :

Cependant, cette solution reste éphémère. L’indigo ne tient qu’entre 4 et 6 shampoing : vous devrez renouveler son application une fois par mois.

Si le henné vous insupporte tellement que vous êtes prête à sauter le pas, dans l’univers de la coloration chimique, la patine ou la coloration ton sur ton peuvent vous aider à patienter un peu plus facilement, le temps de la repousse…

Enfin, bonne nouvelle : sachez que le henné uniformise la couleur de votre chevelure grâce à ses reflets. Votre repousse sera donc moins tranchée qu’avec une coloration chimique -sauf si vous êtes blonde.

Vous ne pouvez pas changer fréquemment de couleur !

En conséquence du point précédent, il ne semble pas possible de changer régulièrement de couleur. Certes, vous pouvez osciller entre le roux, le châtain et le brun assez facilement. Il suffit, par exemple, d’appliquer de l’indigo, puis de le laisser se délaver au fil des shampoings.

Mais si vous souhaitez changer radicalement vos cheveux en rose, en bleu, puis en blond, alors que le henné est posé, impossible de faire marche arrière !

De la même manière, si vous êtes blonde, à partir du moment où vous essayez une autre coloration végétale que le « henné blond », votre base deviendra définitivement cuivrée.

Solution ? Varier les reflets…

Avec les réseaux sociaux, la mode est aux changements fréquents et radicaux. La tentation de la métamorphose capillaire est parfois difficile à repousser. Les colorations végétales vous conviendront vraiment si vous visez le long terme, et que vous avez une certaine « stabilité de goûts ».

Vous pourrez néanmoins jouer avec les reflets (cuivrés, auburn, chocolat, violine…) en conservant à peu près la même hauteur de ton (ou en fonçant).

Il est très difficile de réaliser des mèches avec la coloration végétale

Il est possible de réaliser, dans une certaine mesure un tie & dye végétal ou un ombré, mais cela restera moins prononcé et plus compliqué, car vous n’utilisez pas d’oxydant.

Cependant, grâce aux nombreux reflets et au rendu naturel de la coloration végétale, vous n’aurez théoriquement pas « besoin » de réaliser un balayage, par exemple : son but est d’éclaircir progressivement une base foncée et d’apporter du relief à la chevelure.

Solution ? Être créative !

Vous pourrez toujours réaliser des mèches, en vous servant d’accessoires de coiffure « professionnelle », pour isoler certaines parties de la chevelure.

Pour obtenir un dégradé de hauteur de ton ou un ombré, trois solutions existent :

  • Appliquer un henné plus clair sur vos pointes, et ce de manière moins fréquente (une fois par an par exemple), tandis que vous colorez le reste de la chevelure…
  • Si vous avez de 10 à 20 % de cheveux blancs, vous obtiendrez de jolies mèches contrastées !
  • Être plus radicale en décolorant une partie de vos longueurs à l’oxydant volume 30, et refaire un henné par-dessus (sans indigo, si vous êtes blonde !)

Vous trouverez votre propre technique d’application.

De mon côté, j’étalais minutieusement le henné sur les racines, et de temps en temps, je le répartissais aléatoirement sur les longueurs de manière volontairement irrégulière, pour recréer des nuances différentes au rendu naturel…

Sur cette photo (mars 2022), on distingue bien les différentes nuances. Mes longueurs ont été décolorées de trois tons en 2020, tandis que la repousse des racines (jusqu’aux oreilles) a seulement été colorée avec un mélange de henné d’Égypte (50 %), de Cassia (50 %) et de camomille.

Les nuances obtenues restent assez aléatoires.

Oui, contrairement à la coloration chimique, dont les nuanciers sont extrêmement précis, avec des hauteurs de tons, des reflets et des reflets compléments, la coloration végétale ne peut pas défier les lois de la nature. On ne peut pas maîtriser parfaitement le rendu, et choisir minutieusement un « blond foncé cendré irisé », par exemple.

Les pigments ne sont pas formulés en laboratoire pour donner un résultat précis, afin de satisfaire le maximum de consommateurs. Ils ne sont pas « standardisés ».

C’est pourquoi, le résultat de la coloration végétale varie en fonction de votre couleur de base et de l’état de vos cheveux. La coloration chimique fonctionne, en théorie, de manière inversée : on détermine le résultat voulu, et on opte pour les produits correspondants, en fonction de votre base.

La solution ? Faites vos expériences !

Pour trouver votre teinte idéale, il ne faut pas avoir peur de « bidouiller » et de tester… Vous aurez besoin de faire vos propres mélanges et essais.

Aussi, analysez votre teint, votre colorimétrie (les saisons) pour déterminer quelles nuances capillaires vous plaisent et vous correspondent. Étudiez les résultats obtenus avec certaines plantes tinctoriales en fonction des dosages, sur une mèche.

Si vous constatez que la nuance qui vous irait vraiment semble compliquée à obtenir (les cendrés et irisés surtout), peut-être serait-il judicieux de se tourner vers d’autres alternatives pour colorer vos cheveux en les abimant le moins possible. Car si vous n’êtes pas satisfaite à 100%, vous risquez de regretter, à court terme, votre coloration végétale…

En dehors de cela, la pratique des soins naturels et les cheveux longs restent quand même possibles !

Le résultat peut être imprévisible (attention au vert !)

Certaines personnes ont eu une (très) mauvaise expérience avec le henné. Par exemple, les cheveux sont devenus verts. En réalité, tout s’explique.

Il y a des précautions à prendre, et des éléments à vérifier avant de vous lancer.

Solution ? Connaître les règles de base

Si vous envisagez de passer aux colorations végétales après une décoloration (ou une couleur chimique qui a éclaircit vos cheveux), cous éviterez des catastrophes, en respectant les règles de base de la colorimétrie.

Un peu de connaissances et de savoir-faire sont indispensables pour réussir sa coloration naturelle à la maison.

Par exemple, on n’applique jamais de l’indigo (bleu) sur des cheveux blonds (jaune)… sauf si on aime le vert. Sinon, voici le cercle chromatique à garder en mémoire :

Utilisez un henné 100 % pur, sans sels métalliques et sans plomb !

Lisez toujours les compositions sur les boites de coloration (végétales) et fabriquez si possible vos propres mélanges, car vous saurez exactement ce qu’ils contiennent…

Heureusement, il y a toujours moyen de rattraper les erreurs : on peut neutraliser des reflets, annuler des nuances, etc.

La couverture des cheveux blancs n’est garantie pas à 100 %

En théorie, si. Le henné couvre 100 % des cheveux blancs : ils deviennent oranges.

Ce n’est peut-être pas le cas de certaines plantes tinctoriales, qui ont du mal à prendre complètement. Ou bien, elles se fixent moins longtemps et les cheveux blancs gainés par le henné réapparaissent rapidement sous forme de « fils » cuivrés ou rouges.

Solution ? Persévérez pour couvrir vos cheveux blancs…

Il n’est pas possible de faire disparaître définitivement les cheveux blancs. De par leur texture différente, ils prennent un peu moins bien la coloration végétale (et chimique !).

Vos applications seront sans doute plus fréquentes… Respectez les deux étapes (henné puis poudres tinctoriales) pour une meilleure couvrance.

Acceptez aussi (si possible) que vos cheveux blancs soient roux, ou qu’ils nécessitent plus de soins, comme une application plus longue, pour être bien colorés (en blond ou en brun)…

Le végétal n’est pas infaillible, mais il possède bien d’autres avantages qui « compensent » les inconvénients…

La durée de pose de la coloration végétale est longue…

Il s’agit sans doute de l’inconvénient majeur de la coloration végétale : elle prend du temps.

L’application semble un peu pénible, car des gros pâtés de henné risquent de tomber dans le lavabo ou au sol, et de salir votre salle de bain. Il faut laisser poser la pâte durant deux heures minimum. Et pour devenir châtain, réaliser une seconde application avec les plantes tinctoriales, qui dure encore deux heures. Puis, rincer pendant quinze à trente minutes en fonction de la longueur de vos cheveux…

Soit facilement cinq heures.

Il faut également apprécier l’odeur de l’herbe « coupée » et patienter au moins 48h pour que le cuir chevelu ne soit plus orangé… Enfin, la couleur s’oxyde à la lumière et devient définitive au bout de trois jours !

Solution ? La patience et la passion…

Tout d’abord, c’est pour cela que je vous recommande d’apprendre à faire votre propre coloration végétale, à la maison et non chez un coiffeur ! C’est facile, c’est possible, c’est plus agréable, et c’est vraiment économique ! Vous ne payez pas 130 € pour votre henné… et vous ne restez pas bloquée cinq heures dans un salon. Vous pouvez donc vaquer à vos occupations, vous détendre, travailler (à la maison), dormir…

Ensuite, les deux étapes sont valables uniquement lorsque vos cheveux ne sont pas encore gainés par le henné. Un mois sur deux, vous gagnerez donc du temps… Un henné tous les deux mois pour recouvrir les racines + plantes tinctoriales tous les mois, par exemple.

Enfin, libre à vous de rechercher ou non un certain degré de perfection, à savoir laisser vos racines apparentes ou non, et dans quelle mesure…

Puisque les colorations végétales n’éclaircissent pas de plusieurs tons et qu’elles s’estompent légèrement au fil des lavages (sans disparaitre), le contraste racines/longueurs est moins marqué qu’avec les colorations chimiques.

Voici ma repousse (blond foncé cendré) sur 5 cm environ avec un henné du Rajasthan sur les longueurs. Visible mais discret malgré le côté cendré, en opposition avec le cuivré, non ?

Le henné va faire disparaitre vos boucles

C’est vraiment un point essentiel à considérer si vous avez les cheveux naturellement ondulés ou bouclés (je ne sais pas pour les cheveux frisés) : le henné défait les boucles et raidit les cheveux au fur et à mesure des applications. Malheureusement, cela est définitif…

Solution : Évitez le henné ?…

Si vous souhaitez préserver vos boucles, évitez le henné. Il n’y a pas d’autres solutions à ma connaissance.

Ceci dit, il ne semble pas détendre les boucles des cheveux « afros ». Voici, par exemple, le témoignage de Frisettes et compagnie. Dites-moi en commentaire ce que vous en pensez, si vous êtes concernée…

Vos cheveux auront une texture différente

Ce point choque souvent les personnes qui passent de la coloration chimique au henné : leurs cheveux semble secs, rêches, « bruts », grossiers. Voici pourquoi : vous découvrez l’état naturel de vos cheveux, sans couche de silicone (plastifiée), qui change visuellement leur texture et leur apparence.

Toutes les colorations chimiques, et les produits d’entretien formulés pour préserver l’intensité de la nuance, contiennent ces silicones. Vos cheveux ont été décapés et abimés. Pour que le résultat reste esthétique et que vous soyez satisfaite de votre nouvelle coloration, il faut donc « vernir » tout cela. Ce ne sont pas des cheveux « au naturel ».

Solution ? Bien nourrir et hydrater vos cheveux

C’est normal. Cette norme n’est pas représenté dans les publicités ou les réseaux sociaux. Et dans la « vraie vie », beaucoup de femmes utilisent sans même le savoir des silicones. Elles ont coloré et/ou lissé leurs cheveux (qui sont d’ailleurs coupés aux épaules pour ces raisons…). Donc vos points de comparaison sont biaisés.

Les cheveux naturels sont plus « bruts », moins luisants, plus volumineux : ils forment des petits paquets, mais ils sont plus robustes et forts.

Le henné peut assécher un peu les cheveux. Mais tout rentre dans l’ordre, lorsque vous adaptez vos soins naturels en conséquence : bains d’huiles, poudres ayurvédiques, miel… vous aideront à retrouver cette apparence lisse et brillante. Jugez-en par vous même :

Mes cheveux en 2011- 2012 avec henné du Rajasthan tous les 3 mois…

Quels sont les avantages de la coloration végétale ?

Je ne pouvais pas terminer, sans vous rappeler tous les bienfaits des colorations végétales, et pourquoi, dans de nombreux cas, notre seul regret à leur sujet, est d’avoir attendu aussi longtemps pour se lancer !

Vous embellissez vos cheveux:

Vos cheveux seront magnifiques : plus épais, plus volumineux, plus brillants, plus forts… Ils pousseront donc mieux, en réduisant la casse.

Votre préservez votre santé et la nature :

La coloration végétale ne contient aucun allergène ni produit toxique. Elle est saine pour votre organisme et votre santé. Le henné est même bénéfique pour les migraines !

Enfin, elle est 100 % écologique !

Vous faites des économies :

Le henné ainsi que les plantes tinctoriales en poudre sont très peu onéreux : il s’agit donc d’une solution économique. Vous ne dépensez pas plus de 3 € par mois.

Avec les colorations chimiques, il faut compter environ 11 € par mois pour un tube de crème colorante (professionnelle), ou 6 € pour une boite de coloration en grande distribution.

Vous êtes en accord avec vos convictions :

Si les valeurs sont importantes pour vous, les colorations végétales permettent de respectez la nature et n’enrichissent pas certaines multinationales.

Elles sont non testées sur les animaux.

Elles permettent aux petits producteurs de vivre décemment de leur travail.

Vous ne pouvez pas vous tromper :

Si vous faites au plus simple (henné), en suivant quelques petites précautions, il n’y a pas d’erreur possible, pas de ratage, pas de catastrophe capillaire. Même si vous appliquez « mal » votre henné (si vous oubliez des mèches, etc.), le résultat sera joli car il se fond naturellement dans la chevelure avec mille reflets.

Attention à l’indigo ! Et au pire, si vous vous retrouvez avec des cheveux verts, il existe des solutions pour neutraliser tout cela, en attendant que la poudre disparaisse au fil des lavages…

Comment choisir une coloration naturelle ?

A mon sens, tout le principe (et les bienfaits) de la coloration végétale réside dans la « qualité » de la composition : 100 % végétale. Juste des plantes broyées en poudre. Et c’est ce que l’on recherche généralement : le naturel.

Attention aux fausses colorations végétales

Or, certaines marques pratiquent le « greenwashing« . C’est à dire qu’elles jouent sur les mots pour proposer des boites de colorations prêtes-à-l’emploi, dont la composition contient des ingrédients chimiques.

Voici trois exemples :

La marque Herbatint est vendue en parapharmacie. Son nom laisse penser qu’il s’agit d’un produit à base « d’herbes », donc potentiellement naturel.

La boite indique qu’il s’agit d’un « soin colorant permanent », comme si le produit allait nourrir ou régénérer vos cheveux autant qu’un masque.

Il est noté qu’il contient « des extraits végétaux » : attention ! Cela signifie qu’il y a effectivement des « extraits » mais qu’il ne s’agit en aucun cas d’une coloration 100 % végétale.

Enfin, la composition comprend notamment ceci (ingrédients en tête) : « Laureth-4, propylene glycol, aqua, peg-2 oleamine, ethanolamine, […] » .

La même analyse, avec les mêmes mots, se retrouvent dans ces deux autres marques :

Dans les deux cas, sans dénigrer la qualité de ces produits, il ne s’agit pas de « coloration végétale » mais de coloration chimique avec des extraits végétaux.

Il ne s’agit pas non plus de vrais « soins ». Elles sont peut-être plus douces que des colorations chimiques classiques, mais si vous cherchez du naturel, et que vous ne voulez pas abimer vos cheveux, passez votre chemin.

Pour ne pas vous tromper, achetez toujours des matières premières biologiques, et non des préparations toutes faites. Elles sont pures, moins chères, de meilleure qualité ; elles rémunèrent les producteurs, et vous personnalisez à 100 % votre mélange, en fonction de vos cheveux.

Si votre décision est prise, cet article vous explique comment fabriquer votre propre coloration végétale !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *