Comment trouver sa routine cheveux ? Étapes, produits, etc.

9,Déc,2023 | Soin des cheveux | 0 commentaires

Peu après la création de ce blog, vous étiez nombreuses à me demander comment trouver sa routine cheveux naturelle. J’avais alors élaboré un questionnaire pour cibler vos besoins capillaires.

Douze ans et pas mal expériences plus tard, j’ai décidé de structurer un peu plus ces réflexions.

Par le passé, je n’étais pas une grande adepte des routines : elles m’apparaissaient comme une charge mentale.

Et pourtant, j’ai fini par me rendre compte que la routine est essentielle pour atteindre ses objectifs capillaires. C’est valable dans tous les domaine : les résultats exigent de la discipline.

En terme de pousse et/ou d’épaisseur, j’ai constaté qu’établir un protocole pour l’application régulière de soins a régénéré ma crinière cet automne.

Voici comment trouver la routine cheveux qui correspond à vos besoins : quels produits choisir ? Quelles sont les différentes étapes ? Quels sont les gestes quotidiens pour protéger vos cheveux ?

Pourquoi établir une routine cheveux ?

Dans la mesure où « une image vaut mille mots« , voici la réponse avec cette photo : pour passer d’avant (à gauche, en août 2023) à « après » (décembre 2023) :

avant après henné du Rajasthan routine cheveux
Les résultats avant après l’élaboration d’une routine cheveux efficace…

D’abord, soyons honnêtes : avoir les cheveux longs (au-delà de mi-dos), requiert un énorme boulot d’entretien.

En matière de génétique, nous ne sommes pas toutes égales. Certaines chanceuses auront une chevelure de rêve, sans efforts. D’autres devront s’armer de persévérance et de patience.

Pourquoi j’ai mis en place une routine cheveux ?

Pendant des années, mis à part des soins d’entretien spécifiques (colorations végétales ou chimiques), je n’avais pas vraiment de discipline en matière de soins cheveux.

Ne vous y trompez pas : je m’en occupe énormément, ce blog en témoigne.

Mais je ne me tenais jamais à un protocole précis, et encore moins de façon régulière. J’appliquais mes masques lorsque j’en avais l’envie et l’occasion.

Je pense d’ailleurs qu’une bonne routine jongle entre une certaine discipline et l’adaptation aux besoins de vos cheveux.

Par exemple, il serait contre-productif de les laver tel jour, parce que vous l’avez écrit dans votre agenda, alors qu’ils sont (encore) propres.

La routine cheveux évolue au fil du temps

Mais si j’étais moins rigoureuse, c’est parce que mes cheveux ne me posaient pas vraiment de problèmes -à part les fourches habituelles. Ils poussaient bien et j’avais une énorme densité -dont je me plaignais, tellement ils tenaient chauds l’été. En fait, je faisais partie des chevelues « bien loties ».

Depuis un an et demi en revanche, ce n’est plus le cas. Je dirai même que… c’est la galère.

Aujourd’hui, j’ai toujours énormément de cheveux. Mais d’épais qu’ils étaient, ils sont devenus fins, et j’ai perdu une grande partie de ma masse sur les longueurs. Comme si cela ne suffisait pas, ils sont sujets aux fourches, plutôt cassants, et secs.

S’ils gardent pourtant une belle apparence, c’est grâce à la persévérance et aux soins que j’ai sérieusement mis en place…

A chaque problème, sa solution

Oui, je ne vous cache pas que cela exige plus de travail et plus d’entretien. Mais une chose est certaine : je ne compte pas les couper au-dessus des épaules. Mieux encore, je souhaite les avoir aussi longs que possible, et ce peu importe le temps.

C’est pourquoi, j’ai du admettre que le concept de routine capillaire devient incontournable. On n’a pas de résultats sans efforts.

Une routine vise donc à la réussite de vos objectifs : ici, garder une chevelure saine à la longueur voulue, et traiter les petits désagréments.

A quels besoins répond votre routine cheveux ?

La première étape consiste à définir les besoins de vos cheveux à l’instant T.

Or, il existe pleine de produits sur le marché, et d’ingrédients actifs. Pas toujours facile de s’y retrouver !

Prenez le temps de répondre aux questions suivantes, et de noter les caractéristiques de vos cheveux.

Quelle est la nature de vos cheveux ?

La nature de vos cheveux détermine à la fois la fréquence du lavage, et la richesse des soins (plus ou moins nourrissants).

Pour déterminer leur épaisseur, comparez l’un de vos cheveux à un fil de coton. Si le diamètre vous semble équivalent, il est dit « moyen ». S’il est plus petit, il est plutôt fin. S’il est plus gros, il est épais.

➢ Sont-ils plutôt épais, moyens ou fins ?

En général, si vos cheveux sont épais ou moyens, félicitations, leur densité les rend plus forts. Ils seront peut-être sujets aux frisottis.

Les cheveux fins ont besoin, quant à eux, de soins un peu plus pointus, qui apportent de la texture et une protection indispensable ! Henné et poudres ayurvédiques pour les adeptes du naturel, ou silicones et quats, tout est question de préférence.

Voici une routine naturelle pour épaissir et fortifier les cheveux fins, que je teste (et approuve) depuis trois mois.

➢ Vos cheveux sont-ils secs, normaux ou gras ?

Les cheveux secs ont tendance à devenir plus cassants, faute d’hydratation et de nutriments. Ils auront besoin de soins riches et nourrissants.

Les cheveux gras ont généralement moins de volume : l’objectif est de réguler l’excès de sébum pour éviter de les alourdir.

Si vos cheveux ne présentent pas de problèmes particuliers, ils sont dits « normaux ». On évite alors les produits destinés aux cheveux gras, qui auront potentiellement un effet asséchant. Je vous conseille de les traiter comme des cheveux « abimés » à titre de prévention avec des soins protéinés, mais pas trop lourds.

Quel est votre type de cheveux ?

Cette question est parfois un peu plus complexe qu’elle n’en a l’air. Si vos cheveux sont franchement frisés ou crépus ou raides, très bien. Mais parfois, on ne sait pas trop : en fonction des soins et des jours, voici des ondulations, ou des vagues indéfinies.

Il existe un classement pour s’y retrouver.

classification type de cheveux André Walker
©atozhairstyles.com

Non, ces dénominations sous forme de chiffre-lettre, n’ont rien à voir avec celles d’un menu japonais.

C’est la classification capillaire inventée par un coiffeur américain André Walker dans les années 1990. Elle est bien pratique pour comprendre à quoi ressemblent la forme de nos ondulations/boucles… et pour en prendre soin.

➢ Pour les cheveux raides ou très légèrement ondulés (2a) :

Vous n’aurez pas de gestes techniques à faire pendant le shampoings ou après -sauf si vous souhaitez les mettre en forme d’une façon particulière.

➢ Pour les cheveux ondulés (2b – 2c), frisés, bouclés ou crépus :

Dans ce cas, les gestes « communément » conseillés ne correspondront pas forcément à vos cheveux. Par exemple, on recommande de ne jamais démêler vos cheveux mouillés. Oui, mais c’est précisément ce qu’il faut faire s’ils sont frisés…

Bref, les boucles demandent des soins différents, que ce soit dans votre façon de les laver, de les démêler, et de les nourrir. Des méthodes telles que le scrunching aident à bien dessiner vos ondulations et vos boucles.

Aussi, il existe des gammes capillaires spécialisées. Mais avec un peu de créativité, vous pourrez très bien réaliser vos propres tambouilles à partir de matières premières naturelles.

J’avoue que je ne suis pas la mieux placée pour vos donner des conseils (avec mes cheveux plutôt raides), contrairement au blog de La Belle Boucle.

Routine cheveux secs henné du Rajasthan
Vos cheveux sont-ils naturels, colorés ou décolorés ?

Les cheveux colorés (teinture végétale ou coloration chimique) et décolorés en blond ont besoin de soins particuliers.

➢ Si vous teignez naturellement vos cheveux (henné) :

Le henné et les plantes tinctoriales agissent déjà comme un soin capillaire. Cependant, le lawsonia inermis a tendance à assécher les cheveux. Une routine pour cheveux secs sera donc toute indiquée.

Si vous colorez chimiquement vos cheveux :

Même s’ils vous paraissent en bonne santé, vos cheveux sont dévitalisés -par les oxydants. Cela signifie qu’ils peuvent être en carence de protéine, la kératine. Plus fragiles, ils auront besoin d’être gainés pour résister aux frottements et sceller l’hydratation.

Une routine spécifique est nécessaire pour réparer les cheveux abîmés par les colorations.

Les produits naturels ne sont pas toujours tous indiqués pour le soin des cheveux colorés -cela dépend, encore une fois de plusieurs critères. Refaites-vous votre coloration tous les mois à la maison, ou avez-vous dépensé 400 € chez le coiffeur ? Avez-vous dissimulé des cheveux blancs ?

En général, l’application des huiles végétales pures fait dégorger plus vite la couleur. Si votre coloration est onéreuse ou que votre priorité est de la prolonger le plus longtemps possible, il existe des cosmétiques spécialement formulés.

En revanche, si vous souhaitez incorporer des ingrédients naturels à votre routine cheveux, vous pouvez miser sur tout ce qui est hydratant et protéiné : aloé véra, protéines de soie, protéines de riz, phytokératine, Provitamine B5, miel, etc.

➢ Si vous avez décoloré vos cheveux en blond :

Vous êtes probablement au parfum de l’entretien très particulier que les cheveux décolorés en blond exigent, pour garder une belle nuance et conserver des cheveux en bonne santé.

Dans ce cas, les gammes spécialisées répondront à vos besoins, avec tout un protocole alliant à la fois les soins, et les pigments neutralisants (bleus ou violets).

En général, l’usage des silicones est indiqué. Ils ont été spécialement conçus pour les cheveux décolorés, soit brûlés par les oxydants (au point de perdre leurs pigments naturels). Bref, pour maintenir la matière malgré les dommages collatéraux.

Certains masques sans rinçage comme le K18 intègrent à la fois plusieurs protéines qui forment les chaines d’acide aminés dans la kératine, et les silicones.

Quel problèmes rencontrez-vous ?

Cette dernière étape (et non des moindres) est essentielle pour déterminer si vos cheveux ont besoin d’un traitement.

On peut désigner par « problèmes » tout ce qui agit comme une dégradation de l’état capillaire, par rapport à votre potentiel de base. Qu’aimeriez-vous changer ? Que voudriez-vous améliorer ? Qu’est-ce qui vous fait souffrir ?

Parmi les problèmes les plus fréquents, on peut citer : la chute des cheveux, l’alopécie, les pellicules, les cheveux cassants, les fourches, les cheveux qui s’affinent (alors qu’ils n’étaient pas fins de base), etc.

➢ Les problèmes liés à la santé du cheveu :

Tous les problèmes de cuir chevelu (dermite, pellicules, démangeaisons) peuvent être résolus grâce à des soins réguliers avant le shampoing. Les huiles essentielles et les plantes ayurvédiques fonctionnent très bien.

➢ Les problèmes liés à votre santé ou les changements hormonaux :

La chute de cheveux et l’alopécie (différentes causes) sont plus délicates. Il ne s’agit pas seulement d’un problème extérieur. Plusieurs questions se posent :

  • Souffrez-vous d’une carence en Fer ou en vitamines B ?
  • Avez-vous subi un choc émotionnel ou un stress intense ?
  • Prenez-vous un traitement médicamenteux qui comporte la chute comme effet secondaire ?
  • Avez-vous vérifié si votre pilule influence ou non la perte des cheveux ?

Même si des petits gestes aident (massages crâniens, par exemple), et qu’une routine cheveux douce est indispensable, il faut surtout trouver la cause. La solution ne relève pas forcément de votre routine capillaire.

Idem pour les cheveux qui s’affinent. Il est indispensable de vérifier qu’une carence en vitamines ou oligo-éléments n’est pas la responsable de ce changement. N’oublions pas non plus le rôle des hormones : contraceptif oral ou ménopause peuvent altérer la nature de vos cheveux.

➢ Les problèmes liés à l’état de vos cheveux :

Avez-vous remarqué que vos cheveux sont devenus cassants et fourchus ? Sont-ils secs et ternes ? Ou plutôt mou et sans volume ?

Ces soucis ont généralement pour origine de mauvais traitements.

Voici quelques questions à vous poser pour améliorer votre routine :

  • Vos cheveux s’emmêlent-ils trop facilement ? Tirez-vous dessus pour les démêler ?
  • Utilisez-vous des produits adaptés, assez nourrissants avec des ingrédients de qualité ?
  • Quelle est la fréquence de vos masques ?
  • Quels accessoires utilisez-vous pour les attacher ?
  • A quelle fréquence traquez-vous les fourches ?

Peut-être est-il temps de revoir comment démêler vos cheveux en douceur ?

Il existe aussi des coiffures protectrices au quotidien.

D’ailleurs, coupez-vous les fourches régulièrement pour éviter les longueurs qui s’affinent ?

Tous ces petits gestes de « maintenance » régulière viennent compléter votre routine, et vous assurer qu’elle ne sera pas vaine.

Quels ingrédients incorporer à votre routine cheveux ?

Routine cheveux poudres ayurvédiques

Après avoir déterminé les principaux besoins de vos cheveux, vous allez obtenir ce type de profil. Par exemple :

  • Cheveux fins
  • Secs
  • Frisés
  • Colorés (chimique)
  • Cassants et ternes

A partir de là, on va déterminer les objectifs.

Une routine cheveux correspond à vos objectifs capillaires

C’est tout simple, il suffit d’inscrire l’action à accomplir. Je reprends mon exemple, cette fois-ci sous forme de tableau :

Je vous donne un autre exemple, complètement aléatoire aussi :

Tout est plus simple, lorsque vous achetez des cosmétiques finis. Il vous suffit de sélectionner ceux qui sont formulés pour votre nature de cheveux. L’emballage indique toujours s’ils conviennent aux cheveux secs ou gras, par exemple.

Mais comment faire, lorsque vous souhaitez fabriquer vos propres masques ou utiliser des matières premières naturelles ?

Trouver les meilleurs ingrédients pour votre routine cheveux

C’est là qu’intervient le plus gros du travail.

En face de chaque élément que votre routine de soin doit apporter (colonne de droite), vous allez noter au moins 3 ingrédients actifs qui remplissent ce rôle.

Il est souvent possible de regrouper les besoins de vos cheveux. En effet, s’ils sont secs, ils auront tendance à se casser et à devenir terne. Dans ce cas, la solution sera de les nourrir intensément.

Vous trouverez des informations dans les différents articles de mon blog, où j’ai listé les catégories d’ingrédients en fonction de leurs propriétés (huiles essentielles, plantes ayurvédiques, huiles végétales, etc.).

Cela va prendre du temps, de tout parcourir. Se lancer dans la confection de ses propres masques naturels exige quelques connaissances… Vous réalisez un investissement à long terme. Cet univers est tellement passionnant, et le résultat ne vous décevra pas !

Petite astuce pour trouver des idées : regardez la composition des cosmétiques bios. Visitez le site d’Aroma Zone, qui possède des fiches explicatives avec les utilisations possibles pour chaque matière première.

Faut-il changer régulièrement de produits ?

On entend dire partout que notre peau et nos cheveux s’habitueraient aux produits que l’on utilise (et aux ingrédients actifs), que ceux-ci n’auraient donc plus d’efficacité et qu’il faudrait régulièrement en changer…

Voyez-vous l’argument marketing ? Cette théorie est bien pratique ! Heureusement, cela est FAUX.

Si vous avez trouvé les produits qui fonctionnent, cosmétiques ou matières premières naturelles, vous n’avez pas besoin d’y renoncer au bout d’un moment.

Si votre shampoing ou votre masque habituel ne vous apportent plus les mêmes résultats qu’au début, la cause provient d’un facteur extérieur. Il suffit que l’eau soit plus calcaire, le temps plus humide, une carence en vitamine, etc. pour que l’état (la texture aussi) de nos cheveux évoluent.

Vos cheveux se sont-ils abîmés ? Parfois, l’on ne s’en rend pas compte, mais l’exposition au soleil en été peut faire des dégâts, par exemple.

A partir de là, le produit en question est-il toujours indiqué ? Vous correspond-t-il encore ? L’adaptation reste la clef.

Enfin, avez-vous trouvé un équilibre entre le bon niveau d’hydratation et de protéines ? Certains soins peuvent provoquer à la longue une fatigue hygrale. Trop exposés à l’eau, les cheveux saturent, deviennent ternes, mous… et cassants. Tout le contraire de ce que l’on espère avec un masque !

Alterner les soins est donc un bon moyen de bénéficier de différentes propriétés.

Mais cela ne signifie pas qu’il faut régulièrement changer d’ingrédient ou de marque. L’acide hyaluronique et l’huile végétale de moutarde resteront toujours aussi excellents pour vos cheveux.

Trouver sa routine cheveux meilleurs produits

Ma routine cheveux : les différentes étapes

Cette routine conviendra plutôt aux cheveux raides.

En effet, j’ai les cheveux naturellement ondulés (type 2a). Ils forment généralement une mini-vague et parfois quelques ondulations sur la longueur. Cependant, il leur arrive d’être raides (type 1c). En fonction des moments, et des produits que j’utilise, les ondulations s’accentuent (2b) mais je ne parviens pas à obtenir une jolie texture.

J’ai donc pris la décision de les traiter comme des cheveux raides/très légèrement ondulés. Je les laisse un peu vivre leur vie et adopter la forme qu’ils souhaitent. De cette manière, ils sont plus faciles à entretenir.

De plus, ils sont teints au henné du Rajasthan.

Vous allez voir que ma routine est déjà plutôt corsée : je suis une maniaque des cheveux. J’aime bien tester un tas de de matières premières naturelles depuis quinze ans, et parfois quelques cosmétiques ou « nouvelles technologies ».

A vous d’adapter en fonction de vos besoins capillaires !

1) Le masque avant le shampoing pour nourrir et hydrater

Cette étape est surtout valable lorsque vous privilégiez les matières premières naturelles. La plupart des cosmétiques capillaires s’appliquent après le shampoing.

Mais si vos cheveux sont secs, abîmés ou cassants, ces soins réparateurs seront indispensables. Il n’y aura pas d’autre moment pour bénéficier d’un temps long, et appliquer des ingrédients plus riches -parce que vous laverez ensuite vos cheveux.

C’est donc l’occasion de déployer les ingrédients les plus nourrissants… et donc, les plus efficaces.

Idem si vous souffrez d’une chute excessive ou d’un problème au niveau du cuir chevelu : le masque avant shampoing agira comme un traitement.

De mon côté, en fonction des jours et de mes humeurs, j’alterne donc entre :

  • Un bain d’huile (de moutarde, de Sapote ou de Carapate) ;
  • Un masque aux plantes ayurvédiques (Brahmi, Kapoor kachli, Amla, et Guimauve) ;
  • Un masque maison hydratant : aloé véra, provitamine B5, miel et protéines de soie.

Le temps de pose varie entre 30 min et toute la nuit pour l’huile végétale, car c’est bien plus pratique ainsi.

Le soin que je réalise à cette étape de la routine cheveux fait toute la différence, en terme de texture (douceur, ondulations, brillance), lorsqu’ils sont secs. Si je souhaite les sublimer ou retarder l’égalisation des fourches, il est incontournable.

Routine cheveux meilleur masque avant le shampoing

2) Le shampoing pour nettoyer en douceur

La douceur, en matière capillaire (mais pas que), c’est important.

Le shampoing n’est pas la seule façon de se laver les cheveux : certaines personnes préfèrent les poudres lavantes (type Rhassoul) ou l’après-shampoing (méthode No-poo pour cheveux bouclés).

Depuis une dizaine d’année, j’utilise des shampoings sans sulfates. A la place, un dérivé de sucre de coco joue le rôle d’émulsifiant.

C’est un peu décontenançant au début, car on se demande si le produit lave bien. Il mousse peu, et il faut souvent le diluer dans un peu d’eau afin de bien le répartir sur le cuir chevelu. Mis à part ce changement de texture, il fonctionne parfaitement.

Pendant longtemps, j’utilisais une base lavante neutre, et j’y rajoutais des ingrédients actifs : aloé véra, protéines de soie, huiles végétales et vitamine E.

Il est possible d’y incorporer des matières premières plus originales comme la poudre de spiruline ou le miel… mais gardons en tête qu’un shampoing sert avant tout à laver. Il ne s’agit pas d’un soin à proprement parler.

Il reste au plus une minute sur votre cuir chevelu. En fait, vos cheveux ne bénéficient pas des propriétés de ces ingrédients, sauf pour les huiles végétales qui laissent un petit film.

Shampoing maison ou shampoing bio du commerce ?

Depuis 2018, je suis retournée vers des shampoings prêts-à-l’emploi -biologiques. Ils sont finalement moins onéreux. J’en ai testé plusieurs.

– Shampoing au Karité de Natessence :

Trop riche pour mes cheveux (pourtant un peu secs). Il ne lavait pas correctement après les bains d’huile.

– Shampoing Réparateur Cheveux Secs & Abîmés de Lavera :

Texture parfaite. Une noisette suffit. Il mousse bien, il ne laisse aucun film gras. Les cheveux sont doux, démêlés et lisses.

A ce stade, j’opte au choix entre :

  • le masque qui se rince : si mes cheveux sont secs, ou que j’ai zappé le masque avant le shampoing
  • l’après-shampoing : si j’ai déjà réalisé un masque, avant.

3a) Le masque qui se rince

A distinguer du grand masque avant le shampoing, le masque qui se rince pose moins longtemps. Je dirai que son effet est plus superficiel, mais pas négligeable pour autant. Il influence la texture des cheveux après le séchage.

Il aide énormément au démêlage et il laisse un film protecteur ou gainant.

Sans autres soins, il ne sera pas assez nourrissant pour les cheveux secs, abîmés ou fragiles.

Masque capillaire nutrition argan & kératine de Natessence :

Mon préféré depuis plusieurs années. La composition est sobre et d’excellente qualité. Il nourrit bien les cheveux, tout en leur apportant de la légèreté. Je le laisse généralement poser 30 minutes pour bien profiter de ses ingrédients actifs.

Masque capillaire ultra-nourrissant de Natessence :

Il est épais (texture d’un baume style beurre corporel), mais trop riche à mon sens. Je n’arrive jamais à le rincer complètement. je me retrouve donc avec des mèches lourdes et grasses. Formulé avec du beurre de karité, je pense qu’il convient vraiment aux cheveux crépus ou très secs (éventuellement teints au henné).

Masque hydratant 4 en 1 d’Olaplex et Olaplex n°3 :

J’ai consacré un article détaillé à ces produits de la gamme Olaplex ici : Mon avis sur Olaplex 3 semaines après semaines.

J’avais choisi d’utiliser des silicones pour réparer les longueurs de mes cheveux anciennement décolorées qui étaient devenues très cassantes (trois ans après). Or, j’ai rencontré des problèmes avec ces masques. Malgré cela, je leur redonne encore une chance, à raison d’une application tous les trois mois environ.

Mes cheveux sont superbes le jour même : brillants, lisses, doux, etc. Mais exactement trois jours après, je me retrouve avec une chevelure molle, terne, et sans volume. On dirait qu’ils sont gras, mais non, aucune trace de sébum. Ils n’ont aucune tenue et les longueurs ressemblent à des queues de rat.

Je ne comprends pas comment l’on passe d’un effet aussi sublissime à une telle « dépression capillaire ».

Quel masque cheveux choisir routine

3b) L’après-shampoing

Pour mes cheveux raides (ou peu ondulés), cette étape est facultative, si j’ai réalisé un masque sans rinçage. a moins d’avoir coloré ou abîmé mes cheveux, je ne cumule pas ces deux soins.

En revanche, si vos cheveux s’emmêlent beaucoup, ou encore qu’ils sont frisés/crépus l’après-shampoing sera utile pour :

  • démêler les longueurs et apporter un film hydratant
  • redessiner vos boucles

Il existe deux petites astuces à connaître sur le temps de pose et le rinçage.

Combien de temps laisser poser l’après-shampoing ?

1 minute… 5 minutes… 10 minutes ? Les recommandations inscrites sur l’emballage sont de l’ordre de la cuisson d’un œuf à la coque. Pourquoi si peu de temps, et quel est l’intérêt pour un produit riche en ingrédients actifs ?

Tout dépend de ce que vous attendez de l’après-shampoing :

  • Un simple film protecteur ? (1 minute)
  • Une matière glissante pour défaire les nœuds ? (3 minutes)
  • De la texture pour former vos boucles ? (5 minutes)
  • Un soin nourrissant et lissant ? (10 minutes)

Il n’y a pas de mauvaise réponse. A vous d’adapter l’utilisation de ce produit aux besoins de vos cheveux -la routine, c’est essentiellement de l’adaptation.

Lorsque j’ai réalisé un masque nourrissant avant le shampoing, je le laisse poser une minute, histoire de garder un léger film protecteur -et faciliter le démêlage pour toute la semaine.

Sans masque au préalable, j’utilise mon après-shampoing comme un léger soin hydratant et nourrissant.

Je choisis un produit avec une composition de bonne qualité, mais pas trop riche.

Depuis des années, je préfère l’indétronâble Après-shampoing soin réparateur de Lavera.

Comment rincer son après-shampoing ?

Mais au-delà du rinçage classique, il existe une autre possibilité à partir de votre après-shampoing : en laisser une partie sur vos cheveux, pour garder un effet film protecteur.

Tout dépend donc de la durée de votre rinçage :

  • Environ 20 secondes : vous éliminez ainsi l’excédent de produit. Cette technique convient mieux aux cheveux frisés et crépus, ultra-secs, qui ont besoin d’une protection permanente. Autrement, elle risque d’alourdir les cheveux. Et s’ils sont normaux ou plutôt fin, ils seront plats, d’un aspect un peu gras.
  • Environ 40 secondes : on rince normalement la totalité de l’après-shampoing.

De mon côté, j’opte donc pour le rinçage entre 40 secondes et une minute.

4) L’eau de rinçage

L’eau de rinçage referme les écailles, neutralise le calcaire ou entretien les reflets blonds (camomille).

Le vinaigre de cidre :

Depuis je me suis relancée dans les tambouilles au henné, j’ai réintégré le vinaigre de cidre à ma routine cheveux : en apportant de l’acidité, il rééquilibre le Ph des cheveux. En effet, les produits utilisés et l’eau sont souvent alcalins. Ainsi, il referme les écailles et scelle l’hydratation.

Je dilue une culière à soupe de vinaigre de cidre dans un litre d’eau, et je verse le tout, tête penchée vers l’avant. Pas d’inquiétude pour l’odeur : elle disparait dès que les cheveux sont secs

L’infusion de camomille :

Les fleurs de camomille contiennent des pigments jaunes qui accentuent légèrement les reflets blonds dorés des cheveux. Il vous suffit de préparer l’infusion en avance, afin qu’elle refroidisse.

masque sans rinçage K18 routine cheveux

5) Le masque sans rinçage ou le lait capillaire

Au quotidien, il est important d’hydrater et de protéger les cheveux fragiles (fins, cassants, secs, abimés, etc.).

C’est tout l’intérêt du lait capillaire -qui ne sert pas uniquement après le shampoing. Il est néanmoins possible de le remplacer par de l’huile végétale dite « sèche » (soit légère), une fois les cheveux séchés. Je vous en parle un peu plus bas.

En revanche, le lait capillaire est indispensable pour les cheveux ondulés, bouclés, crépus.

– La Kurl Potion, Les Secrets de Loly :

Cette année, j’ai testé la Kurl Potion des Secrets de Loly, formulé pour redéfinir les ondulations ou les boucles un peu paresseuses. Il convient particulière aux cheveux fins.

La composition et le principe m’ont séduites. Je n’ai pas constaté d’effet sur la texture et la forme de mes cheveux -mes ondulations n’en font vraiment qu’à leur tête.

Malheureusement, si je suis les instructions à la lettre, je me retrouve avec des cheveux un peu lourds et saturés après le séchage. En revanche, il est utile entre les shampoings pour hydrater les longueurs et les pointes, comme un masque de nuit. Le lendemain matin, tout le produit est absorbé -j’en utilise une noisette.

Le masque sans rinçage K18 Hair :

J’ai également testé le masque K18 Hair sur mes longueurs et mes pointes anciennement décolorées. Voici mon verdict complet : K18 mon avis sur le masque capillaire sans rinçage.

Malgré les soins hydratants en parallèle, j’ai l’impression qu’il n’a pas eu l’effet espéré. Mes longueurs se sont cassées tout au long de cet été, au point que j’ai coupé presque 10 cm. Il est sans doute plus adapté pour reconstituer la fibre capillaire, juste après une décoloration.

6) Le séchage

Après le rinçage, j’enveloppe mes cheveux dans une serviette en microfibre ou en synthétique : elle est plus douce qu’une serviette en coton classique.

Je la replie grossièrement sur ma tête, et je garde ainsi mes cheveux pendant 5 minutes, afin d’absorber le maximum d’eau.

Une fois ce temps écoulé, je l’ôte et je replace les mèches avec mes doigts. Mes cheveux ne sont pas emmêlés, juste sans dessus-dessous.

Pendant longtemps, j’étais une adepte -que dis-je, une puriste !- du séchage à l’air libre. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, aucun appareil chauffant ne soufflait sur ma chevelure.

J’avoue que ce temps est révolu : ces cinq dernières années, j’ai craqué pour l’utilisation du sèche-cheveu. En hiver, il fait trop froid. pour garder la tête mouillée.

Mais j’ai opté pour un sèche-cheveux ionique de la marque Remington (entrée de gamme). En même temps que l’air chaud ou tiède, il génère des ions négatifs. Le temps de séchage est bien plus court. Mes cheveux en ressortent toujours doux et lissés.

Pour limite toujours son utilisation à 5 minutes par semaine. Je sèche seulement les racines, et ce qui est magique avec les ions négatifs, c’est que les longueurs sont aussi quasiment sèches.

C’est tout pour les étapes du lavage. Mais au quotidien, certains gestes ou accessoires font également partie intégrante de ma routine de soin.

Routine cheveux colorés au henné

Routine cheveux au quotidien : les bons gestes

Enfin, en plus de cette routine cheveux, quelques gestes aident surtout à éviter la casse.

En effet, rien ne sert d’appliquer des soins et d’avoir une routine de lavage cheveux en 6 étapes, si l’on continue à les maltraiter au quotidien.

Par exemple, il m’arrive de voir des vlogs dans lesquels des influenceuses beauté arrachent tirent sur leurs cheveux (mouillés) lors du brossage, de façon très rapide… et ne comprennent pas ensuite pourquoi leurs cheveux ne poussent pas, ou semblent de plus en plus cassants.

Mais il n’y a vraiment pas de secret… De bonnes habitudes et de bons gestes sont nécessaires pour arriver aux résultats voulus.

Le démêlage

Avec ma chevelure aux hanches régulièrement colorée au henné en 2017, je rencontrais de gros problèmes avec le démêlage. Le calvaire durait de 30 à 45 minutes chaque soir. J’en étais venue à les tresser en permanence, pour m’épargner ce moment.

J’ai parlé en détail de ce que cette expérience m’a appris ici : Comment démêler les cheveux longs très emmêlés ?

Depuis, les choses ont heureusement bien changées. 5 min par jours suffisent à peigner mes cheveux mi-dos. Que s’est-il passé ?

Voici les gestes qui m’ont grandement aidée :

  • L’utilisation (très occasionnelle) des silicones ;
  • Diminuer grandement la fréquence du henné (juste aux racines) ;
  • Les coiffures protectrices dès que je sors (climat venteux) ;
  • Le bonnet de nuit en soie.

Je démêle mes cheveux avec un peigne en corne, puis je les lisse avec une brosse en poil de sanglier.

J’utilise exclusivement des accessoires en matière naturelle. Bien entretenus, ils durent des dizaines d’années -voire toute une vie.

Un jour sur deux, le démêlage est aussi l’occasion de réalise un massage crânien de quelques minutes : en plus de la détente procurée, ce geste stimule la circulation sanguine, et donc la croissance des cheveux.

Pour ce faire, j’aime utiliser ma bosse pneumatique à picots de bois.

Taie d'oreiller en soie protection cheveux

Taie d’oreiller en soie et bonnet de nuit

Impossible de me passer de ces deux accessoires -surtout le bonnet de nuit.

Quelques mois avant, j’avais testé la charlotte en satin. Un horreur ! Elle aplatit les cheveux au niveau des racines. On transpire à cause de la matière synthétique. Ils deviennent gras et mous. Cela gratte la nuit, etc.

J’ai trouvé mon bonheur ce bonnet de nuit en soie de forme allongée chez Lilisilk en 2022. Je viens de constater que le prix a doublé, depuis… Jadis, il était moins onéreux, que le prix du satin de soie au mètre (pour le coudre soi-même).

C’est néanmoins un accessoire utilisé au quotidien, qui se conservera toute une vie -avec l’entretien adapté, lavage à la main par exemple.

Au réveil, les cheveux sont doux, et surtout ils ne se sont pas emmêlés. Fini les frisottis et les mauvais plis !

Les coiffures protectrices

Moins les cheveux s’emmêlent ou frottent contre les vêtements, moins ils s’abîment.

J’avoue ne jamais avoir été très rigoureuse sur ce point là, car je ne supporte pas de garder mes cheveux attachés durant plusieurs heures. Et à quoi bon les avoir longs, si on en profite jamais ?

La plupart du temps, je les porte donc lâchés, un peu à la « sauvage » comme on dit -en contraste avec les chevelures raides, sophistiquées et très lisses.

Depuis un an, j’utilise exclusivement des chouchous en soie. Ils ont une particularité : ils glissent beaucoup, tout le temps. C’est un exploit de d’en avoir seulement perdu 3…

Si vous avez tendance à vous coiffer, vous décoiffer, vous recoiffer, etc. ils sont parfaits pour cette raison. Le frottement n’abîme pas la fibre capillaire.

Cependant, impossible de réaliser une queue de cheval haute ou un chignon tortillé sur le sommet de la tête. Cela glisse en quelques minutes. En revanche, ils sont très bien pour les queues de cheval basses (voire lâches) et les tresses.

Ils ne laissent aucune marque dans la chevelure, même si on les porte une journée entière et plus serrés.

Accessoires routine cheveux coiffures protectrices

Hydratation

Si vos cheveux sont secs ou cassants comme les miens, l’hydratation quasi-quotidienne aide à diminuer ou retarder l’apparition des fourches -et potentiellement, la prochaine égalisation. Pour gagner en masse, et aussi en longueur, j’essaie donc de nourrir mes cheveux au moins un jour sur deux.

Il n’existe pas vraiment de limite, tant que vos cheveux ne saturent pas (aspect terne et gras) : vous pouvez appliquer un hydratant matin et soir, si besoin.

Je privilégie les matières premières biologiques, moins onéreuses qu’un cosmétique : gel d’aloé véra, acide hyaluronique ou huile végétale de chez Aroma Zone.

En matière d’huile végétale, le monoï, le camélia, l’amande douce, le jojoba ou la coco sont généralement bien absorbée. La quantité doit être infime.

La traque des fourches

Il n’existe pas de produit ou d’ingrédient véritablement capable de réparer la fibre capillaire abîmée -pas de miracles.

Malgré toutes les précautions et cette super routine cheveux, les fourches reviennent toujours. Et c’est tout à fait normal. Certaines natures de cheveux sont plus fragiles que d’autres -cheveux bouclés, fins et secs.

J’égalise donc régulièrement les pointes (tous les trois à quatre mois), car mon objectif est de gagner en épaisseur.

Mais parfois, cela ne suffit pas. Les fourches qui échappent à ma vigilance (celles qui se trouvent quelques centimètres au-dessus des pointes, les vilaines) remontent sur les longueurs. Il faut alors se livrer à une traque sans merci, en les coupant une par une.

C’est long, mais en effectuant cette maintenance, à raison d’une fois toutes les deux semaines, elles deviennent rares.

On gagne donc du temps, et surtout on protège ses cheveux de la casse. Oui, ils poussent beaucoup plus lentement ainsi… Mais ils gagnent en densité et en force.

Coiffures protectrice routine cheveux fourches

Les compléments alimentaires

Même avec une alimentation équilibrée, les carences restent possibles.

Mes problèmes de santé me rendent sujette à une anémie chronique et un déficit de vitamines. Je prends donc constamment des complémentaires alimentaires : fer et vitamines B. Je réalise régulièrement une cure d’Omégas-3. Voici mes deux favoris :

– Ergycébé de Nutergia :

J’aime beaucoup le format de leurs cachets, qui sont tous petits. C’est l’un des rares compléments alimentaires à inclure également la vitamine B12 (qui permet notamment la bonne assimilation du Fer).

– La Levure de bière enrichie d’Aroma Zone :

Son prix en fait probablement le meilleur complément du marché. La différence est remarquable sur mes cheveux. Ils sont moins cassants et je n’ai aucun problème de chute.

En conclusion

Garder de beaux cheveux longs n’est pas une sine cure. Oui, pour certains chanceux, un savon et un après-shampoing suffisent. Mais pour la majorité des mortels, les choses sont plus compliquées.

L’entretien prend du temps, en fonction de votre capital capillaire, et surtout de vos objectifs.

Des cheveux décolorés en blonds exigent plus de travail que de garder sa nuance naturelle. Une coupe au carré élimine d’office les fourches, alors qu ‘une chevelure jusqu’à la taille sera sujette à la casse.

Cest donc tout l’intérêt d’une routine cheveux. Trouver une bonne fois pour toutes les soins qui vous conviennent, couplés aux petits gestes : en sélectionnant les bons produits et des accessoires ciblés, on gagne du temps avec une petite maintenance au quotidien.

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires