Temps et budget : mes indispensables pour cheveux au quotidien

10,Fév,2023 | Soin des cheveux | 0 commentaires

Lorsque j’ai découvert les soins naturels et toutes ces possibilités (poudres, plantes, beurres, etc.), je voulais tout tester ! Chaque mois, j’utilisais une petite partie de mon budget pour commander une ou deux huiles végétales différentes. Quelle joie, de recevoir les colis d’Aroma Zone ! Je découvrais plein de nouvelles matières premières pour mes recettes.

Cette étape est importante, afin de déterminer les produits qui nous conviennent vraiment. Comment savoir autrement si l’huile de baobab, par exemple, ne réparerait pas mieux nos cheveux que l’huile d’argan ou de coco ? En tout cas, dans ma passion, cette curiosité me tenaillait !

Or, j’ai très vite remarqué une préférence pour un petit nombre d’ingrédients : aloé véra, karité, noix du Brésil. Rien ne les détrônait, car leurs effets convenaient parfaitement à ma chevelure. C’est ainsi que j’ai élaboré ma première routine et que j’ai gardé le cap, lorsque mes moyens ont diminués.

Pour entretenir ses cheveux longs, à moins d’avoir une base génétique déjà exceptionnelle, un minimum de soins est requis. Les miens deviennent très cassants, si je me contente juste de les laver.

La routine répond donc à cette question : quels sont mes indispensables capillaire, s’il ne fallait garder que le minimum ?

Dans cet article, je vous propose ainsi d’opérer le tri entre le nécessaire et le superflu : lorsque le temps manque et que le budget devient limité, quels sont les produits et les accessoires vraiment utiles pour vos soins au quotidien ?

Une huile végétale de votre choix

A partir du moment où la longueur de vos cheveux dépasse les épaules, un soin très simple, me paraît incontournable pour limiter la casse et ralentir la progression des fourches : le bain d’huile.

D’ailleurs, tous les masques pour cheveux, un tant soit peu naturels, sont formulés à partir d’huiles végétales. Cependant, ils n’en contiennent qu’une infime quantité, d’où l’intérêt d’en appliquer directement sur vos longueurs.

Voici un tableau récapitulant celles dont les effets sont généralement reconnus pour les cheveux :

quelle huile végétale type de cheveux

Sachez que toutes les huiles sont bénéfiques pour les cheveux secs, cassants et ternes, dans la mesure où elles sont riches en lipides et en vitamines.

J’ai eu la possibilité d’en tester d’autres, telles que la fameuse huile de baobab, ou encore celle de camélia (très légère). Je ne les ai pas incorporées ici, car les résultats ne m’ont pas paru assez satisfaisants, en comparaison avec les autres. A vous de trouver celles qui nourrissent et renforcent vos cheveux, en fonction de leurs besoins !

L’idéal est d’en mélanger plusieurs, afin de combiner leurs propriétés.

Comment réaliser un bain d’huile ?

Ne prenez surtout pas la technique au mot ! Vous aurez besoin d’une très petite quantité, et non d’une bassine. il s’agit donc du soin le plus économique.

comment faire un bain d'huile cheveux

Comment procéder ? Je démêle (peigne) mes cheveux. Pour être certaine de bien répartir le produit, je divise ma chevelure en cinq ou six grandes sections. Je verse une noisette (ou l’équivalent d’une demi culière à café) d’huile au creux d’une main. Puis, je la glisse dans mes longueurs, comme si je les essuyais. Enfin, j’insiste particulièrement sur les pointes, et les zones plus fourchues.

Comment associer plusieurs huiles végétales ?

  • appliquez-les l’une après l’autre, comme décrit ci-dessus, en répétant le geste ;
  • utilisez un petit récipient et réalisez votre mélange, avant de le versez petit à petit dans la paume de vos mains.

Il est conseillé de faire chauffer l’huile végétale au bain marie, à une température de 30 à 40 ° maximum, afin de libérer toutes ses propriétés. A mon sens, cette étape n’est pas nécessaire. A l’exception de l’oléine de karité et de l’huile de coco qui se solidifient au-dessous de 25 °c et sont difficiles à appliquer, le soin sera tout aussi efficace à température ambiante.

Enfin, tressez vos cheveux ou enroulez-les dans un chignon protecteur.

Laissez poser aussi longtemps que possible : toute la nuit, par exemple, pour un lavage le matin. Pendant que vous dormez, vos cheveux bénéficient de leur soin.

A quelle fréquence réaliser ce soin avant le shampoing ?

Le bain d’huile est un soin extrêmement nourrissant. Une trop grande fréquence peut saturer la fibre capillaire.

Quels sont les signes ? Vous remarquerez que l’huile n’est plus absorbée par les cheveux (le matin, au réveil). Malgré votre shampoing, un film gras demeure et vous oblige à les laver une deuxième fois. Au lieu d’être légers et brillants, vous les trouvez lourd et ternes.

Dans ce cas, tout redeviendra à la norma, à condition de laisser vos cheveux reposer et d’espacer le soin.

Pour vous repérer quant à la bonne fréquence, voici quelques indications :

Si vos cheveux sont « normaux », sans être dramatiquement abîmés, et que vous êtes dans une maintenance (et non une phase de réparation intensive), limitez l’application à une fois par semaine, voire toutes les deux semaines.

Si vos cheveux sont très secs, fragilisés (décoloration, par exemple), ternes, rêches, etc. vous pouvez faire une « cure », en leur donnant un bain d’huile avant chaque shampoing (ou tous les 4 jours maximum), le temps qu’ils retrouvent la santé.

Si vos cheveux sont naturellement fins, mous, à tendance grasse, et que vous avez besoin de les laver fréquemment (tous les deux à trois jours par exemple), limitez les bains d’huile à toutes les deux semaines, et alternez avec un masque hydratant (après le shampoing).

Un shampoing doux (ou base lavante) sans sulfates

Dans ce blog, je propose plusieurs recettes de shampoing maison, très simples à réaliser. Or, elles sont assez riches en ingrédients, car je souhaitais combiner le maximum de propriétés.

Si vous manquez de temps ou de moyens, nul besoin de miser tous vos efforts sur le shampoing ! Sa fonction reste avant tout d’éliminer l’excès naturel de sébum, les impuretés et les résidus de cosmétiques.

Même si vous réservez votre budget pour de vrais soins, je vous conseille de prendre un minimum de précautions dans le choix de votre produit lavant. Voici trois possibilités, qui offrent un bon compromis entre économie et qualité.

La base lavante neutre

Photo : Beauté-test de la base lavante d’Aroma Zone

Une bouteille d’un litre de base lavante coûte entre 11,50 et 13,50 €. Elle est surtout composée de tensioactifs doux et naturels. Si vous en utilisez une noisette à chaque lavage, en la diluant dans un peu d’eau pour qu’elle mousse plus facilement, elle peut durer entre trois et six mois.

Voici mes deux favorites :

  • celle de Centifolia, formulée à base d’eau florale de lavande, de quatre tensios actifs doux à base d’huile de coco et de sucre de maïs, et de ferment de radis (agent antimicrobien). Elle est disponible en ligne, ou dans certains magasins biologiques.
  • celle d’Aroma Zone, qui est également parfaite. Légèrement plus hydratante, elle contient, en plus des tensioactifs, du gel d’aloé véra et de la glycérine végétale.

Si vos cheveux ont tendance à graisser rapidement (de 1 à 3 jours), mais qu’ils sont en bon état (pas trop abîmés), mieux vaut éviter l’ajout d’huile végétale. En revanche, vous pouvez y incorporer un peu d’argile rose ou blanche -qui vous servira également en masque.

Si vos cheveux sont cheveux secs, ou de nature crépue, procurez-vous un petit flacon de voyage d’une contenance de 50 mL. Versez y 1/2 cuillère à café de votre huile végétale favorite. Vous pouvez également y ajouter 1/2 culière de miel pour son pouvoir hydratant. Remplissez le reste avec votre base lavante, puis secouez bien. A moindre frais, vous aurez un shampoing maison très doux et nourrissant.

Un shampoing doux tout prêt

Si vous recherchez un produit plus ciblé, il existe des shampoings de bonne qualité dans les gammes biologiques (je vous explique pourquoi « biologiques » ci-après). Ils sont plus onéreux que la base lavante, puisqu’il faut compter entre 11 et 14 € pour 500 mL, en fonction des points de vente. Cependant, le résultat sera meilleur en terme de brillance, de douceur et de démêlage.

En revanche, évitez absolument les produits (non biologiques) vendus en grande distribution.

Pourquoi ? Parce que ces cosmétiques sont très pauvres en matières premières naturelles -c’est-à-dire les ingrédients incorporés en plus des tensioactifs, qui lissent vos cheveux et aident au démêlage.

Regardez par exemple la composition d’un flacon d‘Ultra-doux de Garnier, sur le site Que Choisir : surtout de l’eau, du sodium laureth sulfate (un tensioactif allergène et irritant pour la peau), de la glycérine, un sel d’ammonium quaternaire, plusieurs colorants ou parfums… et enfin, un résidu d’huile végétale d’avocat. Cette minuscule proportion d’huile d’avocat n’aura efficacité réelle pour les cheveux ! Juste du marketing

Que retirer de l’analyse des compositions ? L’important n’est pas tant la présence ou non de « substances toxiques B ». Il faut surtout vérifier la quantité de matières premières naturelles dans le produit fini. Plus un ingrédient figure en haut de la liste (ou en première position), plus sa concentration est élevée.

Comparons à présent la composition de Garnier avec celle d’un shampoing détenant les labels Ecocert ou Nature & progrès :

Ils sont contiennent majoritairement des extraits de fruits et d’huiles végétales pures, et biologiques. Ils sont dépourvus (à l’exception de parfums de synthèse aux risques limités) de formules chimiques inutiles (colorants, etc.) ou décapantes. Les tensioactifs sont aussi doux que ceux des bases lavantes.

Certes, le shampoing n’est pas un soin à proprement parler. Mais il contribue à la beauté de notre chevelure par sa douceur (ph). Il dépose un film protecteur (invisible) et aide à limiter les nœuds. Il pénètre également dans votre cuir chevelu (organisme). C’est pourquoi la qualité (et la quantité) d’ingrédients actifs joue un rôle crucial. Elle justifie la différence de prix -et d’efficacité.

D’expérience, je trouve qu’il vaut toujours mieux utiliser une base lavante neutre pure, sobre, qu’un shampoing bas de gamme.

Les poudres ayurvédiques

poudres ayurvedique indispensable laver cheveux

Moins onéreuses , mais peut-être plus exigeantes en terme de temps et d’organisation, les poudres ayurvédiques nettoient votre cuir chevelu, tout en prodiguant des soins ciblés : pellicule, chute de cheveux, manque de volume… A l’origine, elles remplissent un rôle médicinal.

Je vous donne plus de détails sur leurs propriétés et leur utilisation dans cet article.

Voici un tableau qui récapitule leurs principales utilisations :

poudres ayurvédiques type de cheveux soins

Il est possible d’associer plusieurs plantes, afin de combiner leurs effets.

La préparation est cependant un petit peu fastidieuse : elle nécessite de les mélanger à de l’eau chaude afin de former une pâte. Si vos cheveux sont secs, l’ajout d’ingrédients nourrissants (huile végétale, par exemple) et hydratants sera indispensable.

Une fois enveloppés dans un film plastique, la durée de pose varie de trente minutes à toute la nuit ! Après le rinçage, la chevelure sera délicatement parfumée et brillante.

En fonction de votre organisation et du plaisir que ce moment vous procure, pourquoi ne pas alterner les poudres avec un shampoing ou une base lavante agrémentée ? Elles seront particulièrement adaptées aux cheveux frisés et/ou à tendance grasse.

Un masque riche en ingrédients naturels

Votre shampoing est terminé. Vous venez de rincer vos cheveux.

Le masque constitue une excellente alternative à l’après-shampoing, lorsque l’on a les cheveux secs. Il remplit le même rôle : démêler, lisser, protéger, nourrir. Avec plus d’efficacité.

Son utilisation dépanne, lorsque vous êtes pressée par le temps, et que vous n’avez pas appliqué d’huile végétale.

Encore une fois, ne vous laissez pas tromper par les promesses marketing

Suggestions pour les cheveux secs

masques pour cheveux secs

Je recommande toujours le même produit de Natessance, car je l’utilise depuis plusieurs années avec satisfaction. Il pallie efficacement aux recettes naturelles, car il contient une bonne proportion de beurre de karité ou d’huile d’argan. Sa texture, très dense, ressemble exactement à celui que je confectionnais. Mis à part la présence d’un quat (qui joue aussi son rôle, si vous acceptez les silicones), la composition est irréprochable.

En ce moment, j’ai réintroduis les silicones et je finis une deuxième cure du traitement Olaplex (le soin n°3 et le 4 -en-1 ).

Il existe bien entendu d’autres produits de qualité. Je mettrai cet article à jour lorsque je les aurais testés. Laissez-moi un commentaire, si vous avez d’autres recommandations.

A quelle fréquence réaliser un masque après-shampoing ?

Faut-il utiliser un masque, après chaque shampoing ? Exactement comme la question de la fréquence des bains d’huile, tout dépend de l’état ainsi que de la nature de vos cheveux.

Certains auront besoin d’alterner entre bain d’huile puis shampoing (sans masque), et shampoing puis masque (sans le bain d’huile). D’autres préfèreront combiner les deux, une fois sur deux (ou toutes les deux semaines)… Plus les cheveux sont de nature sèche ou très abîmés (décoloration, par exemple), plus ils auront besoin de soins. A vous d’adapter la fréquence en fonction de leur évolution, et de vos observations.

Vous remarquerez rapidement si vos cheveux saturent : au lieu d’être lisses, brillants et légers, ils paraitront lourds, ternes, et huileux, dès qu’ils seront secs. Dans ce cas, il sera temps d’espacer un petit peu les applications. Tout rentrera rapidement dans l’ordre.

Suggestion pour les cheveux gras

Ce n’est pas parce que vos cheveux ont tendance à regraisser plus rapidement, qu’ils n’ont pas besoin, eux aussi, d’hydratation et de nutriments (kératine, par exemple).

argile rose pour cheveux gras

Ainsi, les masques à l’argile (rose ou blanche) seront idéaux. Elles absorbent l’excès de sébum au niveau du cuir chevelu, activent la circulation sanguine et reminéralisent. Très douces et hydratantes, elles apporteront de la brillance, et de la légèreté (surtout s’ils sont fins).

quel apres shampoing cheveux gras

Si vous vous débattez également avec les nœuds, l’utilisation d’un après-shampoing, d’une gamme adaptée, sera ici intéressante. Plus léger que le masque, il remplira le rôle de soin démêlant et lissant. Dans cette gamme, les produits Lavera sont généralement d’excellente qualité.

Peigne en corne et brosse en poils de sanglier

Au quotidien, ces deux accessoires me semblent indispensables, et car ils remplissent des fonctions complémentaires : démêler et lisser.

Le peigne en corne

Après avoir testé plusieurs matières, j’ai opté sans hésitation pour le peigne en corne. Il glisse plus facilement dans les cheveux, et j’ai l’impression qu’il referme mieux les écailles. Il s’agit d’un objet écologique, fabriqué en France, dont l’apparence est unique.

Je possède le mien depuis quinze ans, et je pense qu’il durera toute ma vie. Il ne s’use pas et ne s’abîme jamais. Il suffit de le faire tremper régulièrement dans de l’eau tiède savonneuse, et de bien le nettoyer entre les dents avec une brossette.

peigne en corne cheveux longs
Image : peigne-savignac

Pour les cheveux longs (au-delà des épaules), je vous conseille un modèle dit « râteau » (ci-dessus).

peigne en corde cheveux fins
Image : Peigne-Savignac

Le démêloir (petites dents fines) conviendra aux cheveux très fins et/ou courts.

peigne en corde cheveux afros frises
Image : Peigne-Savignac

Pour les cheveux frisés, dits Afros, ou crépus, on utilisera de préférence une « fourche ».

Plus votre chevelure est dense, plus la longueur des dents aura son importance.

Enfin, l’écartement des dents dépend de la nature de vos cheveux :

  • Pour des cheveux normaux à épais, choisissez un format classique : les dents sont écartées de 2 mm.
  • Si vos cheveux sont très épais, bouclés, frisés ou crépus, optez pour un peigne à dents plus espacées (de 5 à 10 mm), qui ne défait pas vos boucles.
  • Si vos cheveux sont très fins, des dents plus fines et serrées (environ 1 mm) démêleront mieux vos longueurs.

A quoi sert la brosse ?

Mes cheveux ont été lavés il y a trois jours : ils ne possèdent donc pas autant de volume et d’éclat que sur les autres photos. Cela montre, justement, la réalité de leur apparence, au quotidien.

avant apres peignage brossage cheveux longs

La différence entre le peignage et le brossage est subtile, mais elle reste visible : il s’agit du petit plus qui « poli » le rendu, efface les traces du peigne et ajoute un peu d’éclat !

Pourquoi est-ce que je vous recommande une brosse en poils de sanglier (et pas d’autre matière) ?

  • elle répartit le sébum sur toutes les longueurs, ce qui les nourrit, les protège et favorise la pousse.
  • elle neutralise l’électricité statique en raison de sa matière naturelle, proche de la fibre capillaire, causée par le manque d’hydratation ;
  • elle referme parfaitement les écailles, ce qui donne cet aspect aussi lisse, brillant, doux et soyeux ;
  • elle est parfaite pour se coiffer : mettre en place une frange, discipliner un épi, lisser vos cheveux vers l’arrière pour les attacher, les maintenir dans une nouvelle position (changement de raie, par exemple)… sans utiliser d’appareils chauffants !

Bref, la brosse en poil de sanglier constitue ce petit « plus » au quotidien, aussi bien pour arranger sa coiffure, qu’apporter un soin naturel.

Une taie d’oreiller ou un bonnet de nuit en soie

Un tel accessoire paraît futile, voire luxueux ! J’ai hésité durant des années à franchir le pas, en me disant que c’était superflu. Lorsque mes cheveux atteignait le haut des fesses, je les emprisonnais la nuit dans un chandail en coton, car l’élastique de la tresse abîmait les pointes (fourches 2 cm au-dessus).

Or quoique je fasse, au matin, leur texture paraissait un peu rêche : il fallait les démêler durant une demi-heure pour refermer les écailles, et leur donner une apparence soignée/soyeuse.

L’année dernière, j’ai opté pour une charlotte de nuit en satin : une horreur ! Elle tenait chaud, grattait, les cheveux étaient collés au niveau des racines… En cherchant une autre solution, j’ai lu tellement d’éloges à propos de la taie d’oreiller en soie, que j’ai enfin sauté le pas.

dormir avec taie oreiller en soie cheveux fourches

Je vous assure qu’entre une taie en soie et en coton, vous remarquerez la différence ! Les cheveux sont plus doux et moins emmêlés au réveil ! En réduisant les frottements, vous limitez la casse. la progression des fourches ralentit. Et puis, quel plaisir pour la peau du visage également, de sentir « la joue fraîche et rebondie » de l’oreiller contre la vôtre (Marcel Proust) !

Les moins chères coutent entre 20 et 25 €, chez Nature & Découverte, Ruptske, ou Lilisilk, par exemple. Certes, il s’agit d’un petit investissement, mais l’objectif est de viser à long terme pour réduire sa consommation. J’espère la conserver toute ma vie, et pour cela je la lave exclusivement à la main.

Aussi, je n’avais pas abandonné l’idée du bonnet de nuit… J’ai toujours souhaité une forme conique, à l’ancienne, pour envelopper les longueurs dedans, et non une charlotte. J’ai trouvé la solution chez Lilisilk, la seule marque à proposer des bonnets en soie. L’élastique ne serre pas. Il tient toute la nuit. On ne transpire pas !

Je vous en parlerai dans un article dédié, car cet accessoire figure parmi mes meilleures découvertes de l’année 2022.

Ainsi, j’ai gagné un temps précieux le matin… En 5 minutes (comparé à une demi-heure auparavant, sans exagérer), mes cheveux sont démêlés, lissés et coiffés.

Voici donc les produits et les accessoires indispensables qui limitent, à mon sens, les inconvénients liés à l’entretien de cheveux longs au quotidien.

Quels sont les vôtres ?
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires